Un jour, il faut se décider...

Le Cardinal André Vingt-Trois éclaire et explique ici ce moment où un jeune homme choisit de répondre à l’appel à devenir prêtre. Cette réflexion a des prolongements pour toute vocation, que ce soit celle du mariage ou de la vie religieuse. Tous peuvent trouver dans cet extrait d’une conférence prononcée en 1992, un éclairage pour leur propre décision.


audio

Extrait d'une conférence donnée à Paray-le-Monial (session été 92) par Mgr André Vingt-Trois, sur le thème :
L'Eglise et le sacrement de l'ordre


« De manière habituelle, l’appel du Christ vient, atteint et touche ceux auquel il est destiné par une histoire, c'est-à-dire par une succession d’évènements, de rencontres, de dialogues, de paroles et une interprétation de ces évènements, de ces rencontres, de ces paroles qui nous conduit peu à peu à comprendre que Dieu nous appelle à tout quitter pour le suivre. Il y a forcément, inévitablement, une fois ou plusieurs fois dans l’histoire d’une vocation où il faut franchir un pas, c'est-à-dire où il faut faire confiance à un réseau d’indices dont aucun par lui-même ne serait suffisant pour tout quitter.

Et là encore, peut-être que la meilleure parabole que nous pouvons avoir pour comprendre l’histoire d’une vocation, c’est l’histoire d’un amour conjugal. Car le choix d’un époux ou d’une épouse appelle toujours aussi une fois ou plusieurs fois des décisions qui consistent à faire confiance à quelqu’un sur une série d’indices, d’indications. L’idée que l’amour d’une personne pour une autre s’impose de manière absolue, indiscutable, exclusive et irréfutable ne correspond qu’à un pourcentage infime de la réalité, et c’est mentir que de laisser croire à des jeunes que le jour où ils rencontreront la personne de leur vie il y aura une flèche au laser qui la désignera de manière incontestable. Cela arrive une fois sur cent ! Mais on ne peut pas tirer une règle générale d’une chose qui arrive une fois sur cent ! La règle générale, c’est qu’on ne sait pas. On sait et on ne sait pas, on croit et on ne croit pas, on aime… et puis on n’aime pas, on est attiré, puis on est repoussé, puis on s’inquiète et puis on se demande si c’est bien lui ou si c’est bien elle et si on ne se trompe pas, et "si je ne fais pas une bêtise"…

Il arrive un moment où il faut trancher, positivement ou négativement, en interprétant une histoire – c'est-à-dire du temps, une durée – en interprétant des signes, des évènements, des réactions, des dialogues, des moments forts, des absences, des ruptures… Et c’est l’addition de tous ces indices, leur concordance et l’interprétation qu’on en fait qui conduit à un moment à se dire : "Maintenant il faut se décider". Et pour se décider, il faut prendre un risque, c'est-à-dire qu’il faut avancer sans avoir la garantie absolue que c’est la bonne décision, mais en ayant suffisamment d’éléments positifs pour savoir que ce n’est pas une décision insensée, erronée et fausse, ni du point de vue humain ni du point de vue de notre fidélité à Dieu.
Beaucoup de jeunes aujourd’hui sont embarrassés parce qu’ils sont pris dans un monde où on a dressé tellement de pièges qu’on ne peut plus prendre de risques. On ne peut plus prendre le risque ni de s’engager envers une femme ou envers un homme, ni de s’engager envers Dieu. Alors on prend un air grave qui laisse penser qu’on réfléchit et en fait on se traîne ! On traîne deux ans, cinq ans, dix ans… Traîner ne fait pas toujours mûrir ! Il arrive que les fruits qui traînent deviennent blets, et qu’ils ne soient plus consommables. Donc n’attendez pas d’être blets, n’attendez pas de ne plus pouvoir rien faire pour vous décider à vous proposer au travail !

Sachez qu’aimer, se donner c’est toujours basculer, d’une certaine manière, dans un inconnu. La question c’est que nous prenions les moyens que Dieu nous donne pour interpréter les signaux, les indices, que nous soyons attentifs pour comprendre comment il écrit à travers notre vie et qu’est ce qu’il écrit. »

Intégralité du fichier audio


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.