Quatre dimensions du mariage

Pour entrer dans le mariage et y voir une vocation, c'est-à-dire un appel adressé à une personne, je vais tenter de me repérer comme dans une église, bâtiment édifié par l'amour.

Encadrant les battants grand ouverts se dresse le porche, qui est la liberté, le premier fondamental du mariage. En effet nul n'entrera si ce n'est librement ; aucun des sacrements que propose l'Église à la vie chrétienne ne peut être donné dans la contrainte : pression affective de la famille, sentiment d'obligation dû à la situation sociale, sens des conventions.

Mariage
© D.R.

La nef que l'on parcourt pour se rendre au centre du bâtiment, au choeur où Dieu attend la parole créatrice qui fera des deux personnes un couple, cette allée principale qui se dirige tout droit vers le soleil levant, c'est l’engagement que l’on prend pour toujours. Le mariage est par nature indissoluble ; il ne l'est pas par décision humaine afin d'enfermer le nouveau couple dans l'irrémédiable, il l'est parce que Dieu fait du nouveau à travers la parole des époux et agit de façon définitive. De même le baptême ou la confirmation que l'on ne peut rayer de sa vie, de même le sacrement de réconciliation qui affirme "tes péchés sont pardonnés" et il n'y a pas à revenir dessus.

Depuis qu'il y a des pélerinages un déambulatoire entoure le chœur des églises ; dans mon propos c'est l'image de la fidélité qui donne à l'autel du volume et de la lumière ; fidélité dans le couple qui commence par une fidélité à soi-même ; la divagation du cœur et du corps ne peut pas être un choix de vie durable ; fidélité qui est un respect de soi donc dans toutes ses dimensions, mais aussi de l'autre dans l'amour et la confiance qu'on lui porte, et un respect de l'engagement commun que l'on a décidé ensemble. Si le déambulatoire déploie des chapelles rayonnantes il n'en sera que plus riche et attirant : chapelles de la fidélité du couple à ses amis, à ses enfants, à sa famille.

Vive les mariés !
© esprit-photo.com

Dans nombre d'églises, autour de la nef principale il y a des nefs latérales que peuvent représenter les fruits de l'union conjugale ; le quatrième fondement est bien l'ouverture à la vie, la fécondité à accueillir ; ce seront les enfants que l’on n’a pas choisis, mais c’est aussi beaucoup plus large, des fruits dont le nombre et la variété équilibrent le couple, comme les nefs latérales donnent largeur et stabilité à l'édifice : vies données dans la chair, vies accueillies par adoption pour des couples éprouvés par la souffrance de la stérilité, vie féconde selon les talents reçus, reconnus et mis en œuvre avec audace et courage.

Souvent des statues offrent au visiteur le témoignage de l'histoire du peuple de Dieu ; de même les amis d’un couple jalonnent l’histoire de leur alliance, les amis "d'avant", les amitiés que la vie du foyer a fait naître, leurs témoins de vie.

Le propre d'une vocation est de reconnaître où Dieu nous attend et dans quel bonheur il veut que nous nous engagions et lui rendions grâce. Dans le mariage Dieu manifeste que l'alliance qu'il veut conclure avec l'humanité, est chemin de vie et de salut. Ceux qui répondent à une telle vocation bâtiront une basilique ou une modeste chapelle, peu importe son volume et son apparence extérieure, mais la construction sera constamment épaulée par ces quatre dimensions fondamentales qui en feront la beauté et la durabilité.


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.