Prêtre diocésain à Meaux

Meaux

Les responsables du Service des Vocations jeunes hommes de Meaux


Père Guillaume de LISLE

Père Guillaume de LISLE
Lui écrire


Père Charles Cornudet

Père Charles Cornudet
Lui écrire


Frères dispersés et rassemblés

Père Thierry Leroy

Père Thierry Leroy,
délégué diocésain
aux séminaristes

Depuis quatre ans, nous alternons, avant la rentrée, sessions dans un lieu fort du diocèse et pèlerinages à l’extérieur. Cela renforce la cohésion entre les séminaristes, tout en permettant à d’autres jeunes hommes en chemin de discernement de vivre un temps prolongé et fraternel. Ainsi à Assise, sur les traces de saint François jusqu’à Rome avec le pape François, neuf jeunes hommes nous ont accompagnés dans le pèlerinage diocésain. Quatre d’entre eux feront ce mois-ci leur rentrée à la Maison Saint-Augustin de Paris, année de fondation spirituelle préalable au séminaire.
« Pourquoi l’évêque n’envoie-t-il pas tous ses séminaristes dans le même lieu de formation ? » : c’est une question que j’entends souvent !

Nos séminaristes se forment actuellement dans les séminaires d’Ars et de Notre-Dame-de-Vie près de Venasque ; quelques-uns sont en stage pour un an ou plus. Les lieux et les modalités de la formation sont divers et variés parce que les candidats au sacerdoce ne sont pas destinés à entrer dans un moule, ce qui pouvait être un peu trop le cas autrefois ! Leurs histoires humaines et spirituelles diverses, parfois chaotiques, leurs limites et leurs aptitudes, tout cela nécessite pour l’évêque et son délégué de trouver ce qui est le plus juste. Bref, ce qui est bon pour chacun et son cheminement en réponse à l’appel de Dieu afin qu’un jour ils soient des prêtres développant leurs aptitudes de façon diverse et complémentaire, en étant tous des pasteurs selon le cœur de Dieu !

Dispersés par leur formation, ils se rassemblent plusieurs fois dans l’année. J’évoquais les sessions et pèlerinages de la rentrée. Il y a aussi une journée après Noël, le Mercredi saint avec les prêtres et la messe chrismale, suivie du désormais traditionnel dîner tardif…
Ils viennent aussi à Meaux lors des journées synodales et participent à des apostolats d’été communs (Lourdes, pélé VTT…).
Rassemblés, dispersés, comme un cœur qui bat. Comme des disciples du Christ.

Pèlerinage à Rome et à Assise

Depuis le jour où j’ai été informé du pèlerinage à Assise et à Rome, a commencé pour moi le compte à rebours. Car je savais qu’on allait en pèlerinage avec l’ardent désir de goûter, voir et sentir l’expérience de foi qu’a eue tel ou tel saint à la suite du Christ.

Aller sur les pas de saint François augurait, pour moi, de vivre une forte expérience de foi. Je rends grâce à Dieu qui nous a permis de comprendre, avec les yeux de la foi, qu’effectivement saint François a rencontré le Christ et a laissé les preuves évidentes de cette rencontre. Les stigmates révèlent qu’une vie entièrement donnée au Seigneur peut être marquée du sceau christique. En tout point, saint François a été configuré au Christ : les mains, les pieds et les côtes transpercés à jamais, comme représenté sur les fresques de Giotto.

Ce cheminement attentif vers le Seigneur a été possible en goûtant tous les jours l’expérience mystique de saint François. Des stigmates à la Portioncule – première maison de l’Ordre, à Ste Marie des Anges – en passant par l’expérience de paix et d’harmonie avec les animaux ; des tombeaux de saint François et de sainte Claire, au crucifix de Saint Damien : tous les éléments ont concouru à nous aider à connaître et aimer davantage le Christ.

La Croix du Christ a toujours été le centre, sinon le moteur de la conversion de saint François. C’est cette contemplation qui lui a donné la fécondité missionnaire et l’assurance d’engager toute sa vie dans une rupture totale par rapport au monde. Il a su s’engager au service des pauvres.

Rencontre avec le Pape

Quand on a rencontré le Christ, on ne peut que devenir missionnaire ! C’est justement l’un des messages du pape François entendu sur la place Saint Pierre, lors de la catéchèse du jour (Jn 1, 35-39). Les disciples Jean et André ont rencontré Jésus. Dieu s’est révélé à eux et ils ont entendu la parole, ils y ont goûté et ils sont partis la porter. Car la foi n’est jamais un acte personnel. Elle nous greffe sur le Christ et sur son Église. Voilà tout le sens de vivre la communion fraternelle.

Les temps de lectio divina et de prière m’ont aidé à comprendre que nous sommes tous invités à aller « bâtir et construire la maison du Seigneur ». Cela semble vouloir dire construire une communauté de foi où les personnes connaissent et aiment effectivement le Christ. Dans les petites actions que nous posons en tant que séminaristes et dans les missions qui nous sont confiées, nous construisons la maison du Seigneur.

Je rends grâce à Dieu. Pour tout cela, je ne cesse de rendre gloire à Dieu.

Wilimstrong Borgella
Séminariste pour le diocèse de Meaux

Qui est où et pourquoi ?

Le 29 août à Assise, dans l’église San Stefano, nous avons vécu une étape importante dans le cheminement de nos séminaristes.

Wilimstrong Borgella a été admis par Mgr Jean- Yves Nahmias parmi les candidats au sacerdoce. Son itinéraire de formation est déjà long, d’Haïti à la France. Le diocèse a accueilli sa personne et son chemin vocationnel.
Maximilien Maurice et Jean-Baptiste Pelletier ont été institués acolytes au cours de la même messe. L’acolytat leur donne une mission au service de l’autel et de la prière des fidèles. Il ouvre les portes à la perspective du diaconat.
François-Olivier Larcher et Alexandre Sadon entament leur deuxième année au séminaire d’Ars.
Grégoire Oliveira-Silva part pour deux années à Jérusalem en mission d’études et de service auprès de la paroisse hébraïque, au service des migrants.
Jean-Baptiste Cottin, après un premier cycle, est en stage pastoral à Meaux.
Le diocèse a aussi la joie de compter trois nouveaux séminaristes :
Séraphin de Fombelle entre en première année au séminaire de Notre-Dame-de-Vie.
Jean Conquer a demandé à rejoindre le diocèse de Meaux après un premier cycle pour le diocèse de Paris. Il est en stage pour un an au Val d’Europe (paroisse saint Colomban).
Vianney Audurieau, séminariste pour les Missions étrangères de Paris, a terminé son premier cycle à Toulon. Il a demandé à se rapprocher du diocèse en vue d’une incardination. Il sera cette année en stage à Londres puis au Cambodge.
Et le samedi 14 octobre, Hermann Tiomela a été ordonné diacre en vue du sacerdoce à la cathédrale de Meaux !

Père Thierry LEROY
délégué diocésain aux séminaristes


Le service des vocations raconte...

« Je me souviens d’une parole de notre évêque ayant introduit le pèlerinage des vocations du 24 au 31 août : « Présentez toutes vos interrogations au Seigneur mais, attention, parfois il répond aux questions que vous n’avez pas posées ! ». La prière des heures et les exercices d’oraison m’ont permis de faire silence dans mon cœur, lieu d’expression pour le Seigneur. Il m’a fait découvrir bien des choses qui m’ont comblé de joie. Qu’il s’agisse de saint François et ses frères, ou sainte Claire, la radicalité dont ils ont fait preuve comme réponse à l’amour du Christ m’a émerveillé. En marchant, pendant les moments silencieux, je contemplais la ville d’Assise et le paysage, des évènements de la vie des saints, et enfin des aspects de ma propre vie. J’ai progressivement réalisé que cette radicalité, attrayante, était possible pour moi ! Enfin, ma rencontre avec le pape restera inoubliable. Mémoire et espérance : ces mots de l’audience m’ont rappelé combien mon espérance doit se nourrir de la mémoire de ma première rencontre avec le Christ. Ma vie a changé depuis cette rencontre, et m’amène aujourd’hui à la déposer pour Lui. Si cette année j’entre à la maison Saint Augustin, grâce au pèlerinage, j’y entrerai avec le nécessaire pour nourrir mon espérance en Dieu ! »

Albert


« La décision d’entrée en année de fondation spirituelle a été une étape importante de ma vie, et ce pèlerinage à Assise et Rome m’a aidé à consolider cette décision. Dans l’exemple de saint François et de sainte Claire, j’ai compris que l’abandon total dans l’amour de Dieu et le don entier de sa vie pour propager l’amour du Christ étaient le chemin qui me rendrait heureux. Je prie désormais pour avoir la même obéissance que François et Claire à la volonté de Dieu et, avec l’exemple de leur humilité, suivre le Christ dans les chemins qu’il a préparés pour moi. Ce pèlerinage fut magnifique et je remercie les pères Guillaume et Thierry ainsi que le service des vocations de l’avoir organisé. »

Hugo


Parole de séminariste à une session Cana

Cet été, j’ai participé à une session Cana organisée par la Communauté du Chemin Neuf, où plus de six cents personnes étaient accueillies.

session cana

J’étais animé par le désir de me former à l’accompagnement des couples et cette session a été fructueuse, tant sur le plan de mon appel à devenir prêtre qu’au niveau de la complémentarité entre les vocations au sacerdoce et au mariage. Il n’a pas été facile de vivre cette session, célibataire au milieu de tant de couples ! Et pourtant, une fois de plus, j’ai pu constater que, lorsque le Seigneur appelle, il est fidèle ! Comme à saint Pierre marchant sur les eaux, Jésus tend la main lorsque le doute devient trop prégnant : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » (Mt 14, 31). J’ai reçu de nombreux petits signes durant ces cinq jours : des marques d’amitié, des discussions profondes, des confidences et des demandes de prière…

Le prêtre n’a pas vocation à être un super héros sauveur de couples en détresse mais plutôt cet alter Christus, autre Christ qui conduit au Bon Berger, se met à l’écoute de l’Esprit Saint et déploie avec les couples des propositions adaptées à leur sanctification et à leur bien-être. Cette session m’a montré toute la sollicitude des familles vis-à-vis de leurs prêtres. Il est touchant de voir combien le chemin vers la sainteté se nourrit de ces liens réciproques.

Jean Baptiste Pelletier,
séminariste


Voir les propositions du Service des Vocations de Meaux



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.