Frère Vincent de Léglise, frère des Ecoles chrétiennes : « 100 % prof et 100 % frère » !

Regard sur la vie d'un frère des école chrétienne : Frère Vincent de Léglise.
Une vie religieuse entièrement consacrée à l’éducation des jeunes, et prioritairement les défavorisés.

Le Frère Vincent est membre de la congrégation des Frères des Écoles Chrétiennes et professeur d’histoire-géographie dans un de leurs établissements.
Rencontre devant la grille de l’école.

Vendredi 6 février, 7h50 du matin. Sacoche posée à ses pieds, un homme, anorak blanc, croix en bois autour du cou et lunettes sur le nez, se tient à l’entrée de Saint-Joseph, un établissement scolaire de l’est de Toulouse. Comme chaque matin, Vincent de Léglise salue quelques-uns des 2000 élèves de l’école. Ce religieux de 35 ans appartient à la congrégation lasallienne depuis six ans. Il est à la fois Frère et professeur d’histoire-géographie. Et pour lui, ces deux vocations n’en font qu’une.

Né près de Paris dans une famille catholique plutôt pratiquante, il découvre les Frères des Écoles chrétiennes à l’adolescence. La congrégation des Lasalliens - du nom de leur fondateur, saint Jean- Baptiste de la Salle - a en effet la charge de l’établissement scolaire où il étudie, à Rueil-Malmaison, en région parisienne. Pendant ces années, le jeune homme prend goût à l’éducation et se rapproche des Frères.

Un engagement vertigineux

Frère Vincent en classe
© Frères des Ecoles chrétiennes

Bac en poche, il entre en prépa littéraire et obtient une maîtrise de géographie. Il devient directeur des études dans son ancien collège. Trois ans plus tard, il démissionne pour faire ses premiers pas dans la congrégation. Il part à Lyon et devient postulant pour une année. Avant de s’envoler pour Madrid, où il accomplit sa première année de noviciat.
Pourquoi avoir choisi les Lasalliens ? "J’aurais peut-être été heureux dans d’autres congrégations, mais je n’allais pas toutes les essayer pour être sûr de moi ! Quand on épouse une femme, on ne va pas voir toutes les autres pour s’assurer que c’est la bonne !" Frère Vincent se souvient de son engagement : "C’était pour moi à la fois complètement naturel mais aussi vertigineux…" Pas de déclic soudain ni de révélation brutale. "Je n’ai pas eu une vision du Seigneur en 3D, qui m’aurait complètement illuminé", sourit-il. Sa vocation est plutôt passée par une multiplicité de rencontres, plutôt que par une personne providentielle.

En évoquant la conception lasallienne de l’éducation, le Frère Vincent retient pourtant un exemple : "Une fois, alors que j’étais encore au lycée, j’avais été particulièrement mauvais à l’occasion d’un devoir de latin. Mon professeur, qui était Frère des Écoles chrétiennes, m’avait mis un 4/20. Et comme appréciation, il avait juste écrit : "On en parle quand tu veux." Cette expérience m’a marqué."

S’intéresser aux jeunes

Car la vocation des Lasalliens est double : ils sont non seulement Frères, mais aussi engagés dans le milieu éducatif. A Saint-Joseph, où il est arrivé il y a quatre ans, Vincent enseigne désormais l’histoire en quatrième, troisième et première, après avoir été chargé de la vie scolaire.
Une de ses fiertés ? La restauration du foyer des élèves du collège. "Nous avons fait d’un lieu de passage terne et sans vie, une salle chaleureuse où les élèves aiment passer du temps."

Frère Vincent avec des élèves
© Frères des Ecoles chrétiennes

En ce vendredi midi, veille de vacances scolaires, une centaine de collégiens vont et viennent en tous sens dans ce foyer. Le brother Vinc’, comme l’appellent certains de ses élèves, tient à y passer tous les jours, alors que ses collègues professeurs préfèrent plutôt la salle qui leur est réservée, où le niveau sonore est nettement moins élevé… Pourtant, c’est souvent un lieu d’échange privilégié avec des collégiens qui n’oseraient pas se confier au professeur d’histoire, à la fin d’un cours. Une manière de s’intéresser à eux "autrement que par les notes".

"Ce que nous vivons, notre engagement d’éducateur, les autres professeurs peuvent le vivre également. Il y en a plein qui partagent les mêmes convictions que moi", explique-t-il. Tout en admettant que le fait de ne pas avoir charge de famille permet d’être plus disponible vis-à-vis des élèves comme des collègues.

Et que disent-ils de lui justement, ses collègues : Frère Vincent, plus Frère ou professeur ? "Il est à la fois 100% prof et 100% Frère !", souligne une de ses collègues de Science et Vie de la Terre, estimant que "les deux dimensions sont indissociables".
"C’est d’abord un pédagogue", lance un autre. Puis, une troisième : "Ce qui nous a beaucoup apporté, à nous laïcs, c’est qu’en voyant un Frère en salle des professeurs, nous nous sommes rendu compte que les religieux n’étaient pas des extra-terrestres mais des professeurs comme tout le monde." "On est Frère 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7", explique de son côté l’intéressé. Il assure avoir été surpris par la dimension publique de la vie de Frère et par la pression qui en découle : "Comme si, parce que l’on est Frère, on était automatiquement meilleur que les autres. Et d’asséner : "Il ne faut pas être naïf. Dans la prière comme dans la mission, ce n’est pas toujours l’extase…"

La prière, un équilibre

Les Lasalliens ont la particularité d’être Frères sans être prêtres. Ce qui engendre parfois des incompréhensions de la part de leurs interlocuteurs : "La difficulté, souligne Frère Vincent, c’est de comprendre qu’il y a des gens engagés dans l’Église qui ne sont ni prêtres ni retirés dans des monastères." Il précise : "Je ne me sens pas appelé à être prêtre. L’Église a suffisamment de visages pour que chacun puisse servir différemment."

Pour le religieux, les journées sont chargées : elles commencent à sept heures et s’achèvent parfois à deux heures du matin. Son emploi du temps s’organise autour des cours à préparer et à donner, des copies à corriger, des parents à rencontrer, de l’accompagnement des jeunes et des adultes et de sa participation active à la catéchèse dans l’établissement. Au coeur de tout ce travail, la prière est le lieu de ressourcement. "C’est ce qui permet de garder son équilibre", explique Vincent de Léglise. Ainsi chaque matin et chaque soir il retrouve les cinq autres Frères de sa communauté, pour l’oraison et les offices. Ensemble, ils vivent dans une maison attenante à Saint-Joseph.

A la question du choix du célibat et du fait ne pas avoir d’enfant, pour un homme passionné par l’éducation des jeunes, Frère Vincent répond franchement : "Évidemment, c’est un des renoncements les plus difficiles, surtout quand on a 35 ans. Mais je suis convaincu que nous sommes porteurs d’une autre forme de fécondité."

Frère Vincent poursuit sa vocation : vivre de manière unifiée sa consécration religieuse et sa mission éducative.

Loup Besmond de Seneville

Les Frères des Écoles Chrétiennes :

Les Frères des Écoles Chrétiennes forment un Institut de frères enseignants éducateurs. Ils sont religieux (non prêtres), ayant choisi de consacrer leur vie à Dieu et aux jeunes, particulièrement aux plus défavorisés, et cela en fidélité à la volonté de leur fondateur, Jean-Baptiste de La Salle (1651-1719), saint patron des éducateurs.
Portée aujourd’hui par Laïcs et Frères, la mission lasallienne est vivante, diversifiée et répond aux urgences éducatives de notre temps : l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes est ainsi présent, avec 4 800 Frères, dans 80 pays des cinq continents où, avec 80 000 collaborateurs laïcs, il rejoint 1 300 000 élèves et étudiants de tous âges, dans plus d’un millier de centres éducatifs lasalliens.
En France, qui compte 600 Frères présents en 60 communautés, le réseau La Salle accueille, avec 13 000 adultes (enseignants, personnels éducatifs, administratifs et de service), et au sein de 123 œuvres d’éducation (primaire, secondaire, post-bac, écoles d’ingénieurs, centres d’accueil, accompagnement à l’insertion…), 111 000 élèves et étudiants. Il représente 20% de l’enseignement catholique congréganiste.


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.