A quel moment décider d’entrer au Séminaire ?

Dans un dialogue simple, fraternel et rempli de sa propre expérience de prêtre et d'évêque, le Cardinal Vingt-Trois répond à une question des jeunes présents à la fête du Séminaire de Paris, le 6 décembre 2008.


Réponse du Cardinal Vingt-Trois aux questions des jeunes présents à la fête du Séminaire de Paris, au collège Stanislas, le 6 décembre 2008.

Cela dépend de l’histoire et du cheminement de chacun. Mais je pense qu’on n’échappe pas à cette réalité qui est que, pour être prêtre, il faut arrêter de faire autre chose. Je ne sais quel est le meilleur moment pour arrêter, mais je vais vous donner des exemples, ce sera peut-être plus facile.

J’ai un bon ami qui est prêtre, de la même génération que moi. Il était en prépa pour entrer à Polytechnique, il a passé le concours, il a été reçu. Il a passé le concours des Mines, il a également été reçu. Quand il a été reçu, il a dit, "je n’entre pas". Il aurait pu passer trois ans à Polytechnique, ce n’est pas cela qui aurait grevé son existence. Son raisonnement a été le suivant : "pourquoi prendre la place de quelqu’un à Polytechnique alors que je ne veux pas faire ce métier ?". Il y a eu là un discernement très clair.

Par contre, j’en connais un autre qui a entrepris et est allé jusqu’au bout d’une licence d’enseignement, car il lui semblait cohérent de mener au bout ce qu’il avait commencé et qu’il n’aurait pas été significatif que quelqu’un qui s’apprêtait à engager sa vie au service de l’évangile, commence par le faire, en ne prenant pas au sérieux ce qu’il faisait. Il lui a semblé plus juste et plus honnête d’aller jusqu’au bout.

L’élément déterminant dans tout cela, c’est le cheminement personnel. A quel moment est-on suffisamment décidé pour se confronter à la rupture qui est inévitable ? Il faut que ce moment soit discerné de l’intérieur.

J’ajoute qu’un certain nombre d’étudiants aujourd’hui ont précisément du mal à faire des choix. Il arrive même parfois que les ayant faits, ils reviennent dessus. Il y a un investissement intérieur nécessaire pour décider du moment de ces choix.

Je prends un exemple très simple : si je me sens appelé et que je chemine vers une vocation sacerdotale, à partir du moment où c’est une conviction intérieure, ce n’est plus la peine que je cherche une jeune fille, ou alors c’est que je ne suis pas déterminé. Car il faut quand même qu’il y ait des éléments structurants dans une vie : à un moment, tout est encore ouvert, et à un autre moment, tout n’est plus ouvert. Je pense que c’est quand même une décision qui s’inscrit dans l’histoire d’une vocation.

Il y a des vocations qui mûrissent très longtemps. Je suis très prudent devant quelqu’un qui vit une expérience forte, un moment de conversion, et qui me dit : "maintenant tout est clair, je quitte tout, Dieu m’appelle". Peut-être. Mais ce n’est pas parce que Dieu l’appelle à la conversion qu’il l’appelle à tout quitter tout de suite. Il y a une épreuve de la conversion qui se réalise à travers les contraintes d’une vie ordinaire. Quelquefois, il vaut mieux attendre un, deux ou trois ans que ça mûrisse. Pour moi, quand le moment était venu de pouvoir entrer au Séminaire, à la fin du lycée, le prêtre qui m’accompagnait, m’ a conseillé de ne pas le faire tout de suite, et cela pour deux raisons objectives : d’abord, ça faisait dix ans que je vivais dans ce lycée avec un encadrement disciplinaire très serré. Il n’était pas bon que je passe à une autre forme d’encadrement fort, qui serait la suite du lycée, mais il valait mieux entre les deux, une période de respiration. L’autre raison tenait au fait que j’avais vécu dans un univers essentiellement masculin : jusqu’à ce que je passe mon bac, sur 2 000 élèves dans le lycée, il y avait peut-être 20 filles ! J’ai donc écouté ce conseil et fait une année de Sorbonne.

Intégralité du fichier audio


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.