img32.jpg

Témoignages des parents de prêtres

Le "Oui" d’un enfant appelle le "Oui" de ses parents : il provoque un cheminement intime où joie et épreuve ont leur part. C'est ce dont témoignent les parents d'Edouard Dacre-Wright et d'Etienne Grenet

Quand le oui d’un fils appelle le oui de ses parents…

Quand après avoir marié quatre de nos enfants, nous avons eu la surprise d’entendre Edouard, notre dernier fils, nous dire qu’il avait "la tête pleine de Dieu" et n’arrivait pas à penser à autre chose malgré une situation très prenante, nous avons eu un véritable choc.

Depuis plusieurs années il s’était éloigné de l’Église, tout en gardant – nous semblait-il – une grande curiosité pour les textes sacrés. La Bible l’accompagnait dans tous ses déplacements et le préservait sans doute de l’indifférence si facile, si tentante et qui était notre grande crainte. Quelle émotion quand il nous a annoncé sa décision de devenir prêtre, de tout quitter pour suivre Jésus !

Image
© Famille Dacre-Wright

Stupéfaction et, pour nous parents, une sorte de souffrance : nous allons le perdre ! Il va nous échapper… Quelle erreur !

Dieu, au contraire, nous fait l’honneur de l’appeler à lui pour qu’il soit "sauveur" dans le monde, pour qu’il révèle aux hommes ce que révélait Jésus à la Samaritaine : "Si tu savais le don de Dieu !"

Notre fils, notre prêtre de demain, est plus proche que jamais de ses parents. Sa joie de servir est devenue notre joie. Un prêtre c’est chaque jour une messe offerte et chaque fois que nous recevrons de sa main l’hostie consacrée, nous nous dirons que Dieu nous fait la grâce de participer avec lui, à ce grand mystère qui transfigure l’humanité. Savoir que notre "enfant consacré" va être lumière pour les hommes, qu’il va aider des jeunes à vivre dans la foi, qu’il va redonner à des êtres découragés le sens de la vie, qu’il va donner le pardon, qu’il va sauver des âmes, nous comble d’un bonheur immense et nous prions de tout cœur pour que beaucoup de jeunes aient le courage de répondre à l’appel exigeant d’une vocation religieuse.

Les parents d'Edouard Dacre-Wright

Quand les parents donnent leur fils…

La vocation d’Etienne ? C’est un cadeau que Dieu me fait et qu’Il me demande de lui faire…
Nous avons perdu deux petits garçons Thomas, puis Emmanuel quelques heures, quelques jours après leur naissance. Lorsqu’Etienne est né, le Docteur m’a dit : « C’est un garçon ! Vous l’avez bien mérité !! » Il avait deux sœurs, une troisième est venue ensuite.
Il nous a donné beaucoup de joie, de satisfaction. Nous avons toujours senti chez lui ce désir de l’effort du travail bien fait jusqu’au bout, dans la discrétion, l’attention aux autres…

Dieu le choisit et l’appelle !

Lorsqu’il nous annonce son désir de suivre cet appel, je me sens toute fière de lui et bouleversée : malgré notre faiblesse, nos erreurs, nos manques, Dieu nous accorde cette grâce !

    Par son OUI, je redécouvre la disponibilité à ce que Dieu attend de moi :
  • L’abandon, dans la confiance
  • La louange
  • L’adhésion totale au don

Sa Maman

La vocation d’Etienne n’a pas été pour moi une surprise totale : lorsqu’il nous a dit très décontracté à la période de chasse : « je vais raccrocher mon fusil », j’ai deviné non sans une certaine émotion qu’il avait fait le choix de Dieu seul : il nous le dira quelques semaines plus tard.
Je voyais depuis longtemps le cheminement profond d’Etienne, intellectuel et spirituel, sa foi très grande mais très discrète.
Je croyais, je crois, que Dieu lui avait demandé depuis longtemps de se préparer… et qu’il s’était préparé. Il avait toujours suivi un chemin de sagesse, de docilité à ses parents, à ses professeurs, à l’Eglise et à Dieu, à la Lumière, à la Vérité.
J’ai donc reçu ce don total d’Etienne, (il nous l’a confié très humblement) comme une grâce, « une longue grâce » de Dieu, comme un bienfait, pour lui d’abord et pour notre famille, pour l’Eglise et pour la Gloire de Dieu par-dessus tout.
Je pressens le renoncement et les souffrances liés à sa mission mais je prie pour qu’ils soient aussi pour lui source de plus grandes joies. Depuis longtemps, j’ai choisi Saint Joseph pour être le père adoptif de nos enfants.
Par le don total de sa vie Etienne donne à ses parents son exemple.

Alors notre fils unique, le dernier des GRENET, nous le donnons à Dieu et à l’Eglise.
Il portera beaucoup de fruit, Jésus l’a promis…

Son Père