Recevoir la parole d’un enfant

Il ou elle dit avoir une vocation religieuse. Comment partager son trésor ?

Recevoir la parole d'un enfant
© esprit-photo.com

Quelques pistes pour prendre au sérieux et respecter sa parole :

  • Ne pas publier sur tous les toits ce "secret" qui est le sien. Garder cette confidence, sans en reparler forcément mais en étant attentif à ce que vit l'enfant.
  • Conseiller de prier avec confiance : "Dieu te donnera sa lumière".
  • Ne pas semer le doute. Tout le monde a une vocation et, très souvent, elle s’annonce à 12-13 ans, seuil de la première maturité.
  • Témoigner de sa propre vocation. Mariage, vie religieuse, célibat… Qu’importe, du moment que nous ne lui renvoyons pas l’image d’une vie "subie".
  • Ne laisser personne se moquer (frères, sœurs, amis, adultes) et le préparer à répondre à des remarques comme : "On en reparlera quand tu auras l’âge", "Passe ton bac d’abord" ou "Tu ne vas quand même pas rester chaste"…
  • L’aider à reconnaître deux vrais signes de discernement : la paix et la joie.
  • Le mettre en contact avec une personne responsable. Dans chaque diocèse, par exemple, un prêtre du Service des Vocations est disponible et dispose de documents.

Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.