logo facebook


"La prière de l'Eglise, chemin de Carême"

Retraite de carême de Mgr Emmanuel Tois


Seigneur Dieu, source de toute bonté, et de toute miséricorde, tu nous as montré comment guérir du péché par le jeûne, la prière et le partage ; accueille favorablement l'aveu de notre faiblesse, et puisque nous prenons humblement conscience de nos fautes, que ta miséricorde nous relève sans cesse ; Par Jésus-Christ.


Chers amis bonjour,

Ah, c'est reparti, se disent peut-être plusieurs d'entre vous, il nous parle encore du péché. Cela faisait tout de même neuf jours que je ne l'avais pas fait, mais c'est vrai que j'y reviens, parce qu'en Carême, nous sommes invités à mener la vie dure au péché. Et ce n'est pas facile, par exemple quand on a l'impression de mener une vie honnête dans laquelle le mal ne trouve pas substantiellement sa place, ou par exemple quand on est tenaillé par des péchés tellement habituels qu'on est persuadé qu'on les traînera toute sa vie. « Vous savez mon père, disent souvent les pénitents, ce sont toujours les mêmes choses que j'ai à confesser », quand ils n'ajoutent pas : « c'est pour cela que je ne le fais plus ».

Si nous y prenons bien garde, la prière d'ouverture de la messe de ce troisième dimanche de Carême nous aide bien. « Tu nous as montré comment guérir du péché par le jeûne, la prière et le partage. » La joie dont je parlais lundi, joie d'une personne qui en Carême parvient à vivre un peu le jeûne, la prière et le partage, est la joie d'une personne en voie de guérison. C'est pour cela que cette joie est vive. On guérit du péché en se centrant sur Dieu et sur les autres.

Mais vous avez aussi entendu la suite : « accueille favorablement l'aveu de notre faiblesse, et puisque nous prenons humblement conscience de nos fautes, que ta miséricorde nous relève sans cesse ». Le Carême, oui, est le moment de prendre paisiblement conscience de nos faiblesses, de nos terrains de fragilité, de notre vulnérabilité, et de partager cette prise de conscience avec Dieu. Alors sa miséricorde, implorée au début de chaque eucharistie et dispensée sans limite dans le sacrement de réconciliation, nous relève et nous envoie, fortifiés, sur les routes de nos vies.

Commençant aujourd'hui pour trois jours notre méditation sur la liturgie du troisième dimanche de Carême, nous changeons aussi de choral. Ô homme pleure beaucoup pour ton péché, nous enseigne aujourd'hui la musique. Nous entendons la partie chantée de ce choral.

Que Dieu vous garde sur sa route.

Jean-Sébastien Bach, choral de Carême de l'Orgelbüchlein, BWV 622 : O Mensch, bewein' dein' Sünde gross, partie chantée.

 



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise