delivrer-slide slide-synode-jeunes odv-slider-nouveau-logo iStock_000029663874_XXXLarge
preload image preload image

Lundi 18 décembre : Délivrer

Jeunes de 16 à 30 ans, exprimez-vous sur la foi et le discernement des vocations

Soutenez la formation de vos futurs prêtres !

Propositions pour discerner : découvrir ce qui existe sur votre diocèse

Comme chaque année, les « priants » du Monastère invisible se sont retrouvés le 30 mars 2014 au séminaire des Carmes pour vivre ensemble une journée de recueillement, de prière, de découverte et d'amitié.

chapelle
© D.R.

Comme chaque année, les « priants » du Monastère invisible se sont retrouvés ce dimanche 30 mars pour vivre ensemble une journée de recueillement, de prière, de découverte et d'amitié. Qu'il est bon pour des frères de vivre ensemble cette journée de ressourcement !

Nous étions plus de 130 du Diocèse de Nanterre, 21 rue d'Assas, réunis par les soins de nos responsables Barbara Morel d'Arleux, Catherine Joncourt, Catherine Mondot et le Père Bertrand Auville, accueillis par Monseigneur Philippe Bordeyne Recteur de l'Institut Catholique de Paris (ICP), le Père Marc Vacher Directeur du Séminaire des Carmes et quelques séminaristes.

Oui, nous étions bien à la fois dans une université et dans un séminaire universitaire, le seul en France. Une totale découverte pour beaucoup d'entre nous !

Mgr Philippe Bordeyne nous a tout d'abord rappelé l'historique et la vocation de L'ICP, fondée en 1875 par Mgr d'Hulst, dans le but de « jeter dans le monde qui pense un ferment chrétien ». Puis il nous a proposé trois intentions de prières :

  • confier au Seigneur tous ceux qui sont dans l’aventure de la recherche.
  • soutenir les jeunes qui cherchent leur vocation et ceux qui les accompagnent
  • pour ceux qui répondent à l’appel de Dieu dans un service d’Eglise

Nous portons ces intentions au cours de la messe dominicale à St Joseph des Carmes avec les paroissiens. Dans son homélie, Père Bertrand Auville commente l’évangile de l’aveugle né et exhorte l’assemblée à « oser voir le monde, osez voir notre vie avec le poids de son péché et le don de la grâce ! »

Une pause-déjeuner, buffet partagé, bien sympathique nous a permis de prendre des nouvelles des uns et des autres et de nous restaurer.

Quelques mots du Père Bertrand Auville pour nous préciser que dans le diocèse de Nanterre il y a actuellement 15 séminaristes et que 2 d'entre eux seront ordonnés en juin prochain. Il nous rappelle la journée mondiale des vocations les 10 et 11 mai prochains.

Avant la visite du Séminaire, en petits groupes guidés par des séminaristes, le Père Marc Vacher, directeur du Séminaire des Carmes depuis 2008, nous le présente :
C'est le seul séminaire universitaire de France. Les séminaristes sont 34, internes. Ils viennent de toute la France et 18 de l'étranger. Ils sont âgés de 22 à 62 ans.
Leur formation qui dure 7 ans est ordonnée suivant quatre axes :

  • humaine : diversité, autorité, collaboration, obéissance, équipes de vie
  • spirituelle : eucharistie quotidienne, office 2 fois par jour, retraites, accompagnement
  • insertion pastorale : 2 années au séminaire, 3 années en paroisse, puis après l'ordination diaconale 2 années en paroisse donc externes
  • intellectuelle : les cours suivis à l'ICP qui se font en 2 cycles. Le premier en 5 ans (découverte, approfondissement, discernement) le deuxième en 2 ans. Ils sont ordonnés prêtre au début de la dernière année.

Nous avons donc visité le Séminaire dont les plus anciens bâtiments datent du XVIIe siècle. C'est Marie de Médicis qui a installé là les premiers Carmes qui ont fondé leur monastère et construit la chapelle en 1613. La révolution de 1789 les a chassés et a détruit une partie des bâtiments qui ont servi de prison. En 1792, 120 prêtres réfractaires y ont été massacrés. On voit encore le petit perron où eu lieu ce martyr et les noms de ces prêtres ainsi que quelques ossements sont conservés dans la crypte de l'église. Un beau jardin borde ce bâtiment ancien où l'on cultive encore la mélisse, base de la fameuse « Eau des Carmes Boyer » de nos grands-mères.

seminaire des carmes
© D.R.

Rendu aux moines en 1797, la vie monastique y a repris cours, et c'est en 1919 que le Séminaire des Carmes a été construit. Notre visite continue dans la partie ancienne : la bibliothèque, la chapelle des séminaristes, l'église St Joseph, la tombe de Frédéric Ozanam.

Très heureux de toutes ces découvertes, le « Monastère invisible » du Diocèse de Nanterre quitte Paris, familiarisé avec le quotidien des séminaristes et plus conscient que jamais de la nécessité de la prière pour nos prêtres et nos futurs prêtres.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.