L’appel et l’Eglise

Une vocation chrétienne ne se réalise jamais en dehors de l’Eglise. Elle est un don de Dieu pour l’Eglise. C’est ce que met en lumière le Père Nicolas Delafon (texte). Le Père Bernard Pitaud, ancien supérieur du Séminaire d’Issy-les-Moulineaux, explique les deux composantes de l’appel à devenir prêtre :
- appel de l’évêque pour répondre à un besoin de l’Eglise
- appel intérieur de l’Esprit auquel on consent.


audio

Emission diffusée sur Radio Notre Dame - Animateur : Denise Dumoulin - Invité : Père Bernard Pitaud, ancien supérieur du Séminaire des Carmes, auteur de "Monsieur Olier" et de nombreux ouvrages de spiritualité


Qui est l’Eglise pour nous ? Comment voyons-nous notre appel ? L’Eglise est elle-même, si des êtres se découvrent appelés. En retour, un appel pour être entendu a besoin d’être soutenu par l’Eglise. L’appel et l’Eglise sont indissociables. Ils grandissent l’un par l’autre. A défaut, ils décroissent ensemble. L’appel se perd dans les sables quand il n’est plus porté par une Mère, l’Eglise. De même, l’Eglise perd sa puissance de vie, lorsqu’elle n’intègre pas de nouveaux membres qui répondent à l’appel à la foi du Christ.

L’appel pour l’Eglise et la vie du monde

Un appel ne se comprend qu’en référence à Celui qui appelle, Dieu le Père. Quelqu’un qui se dit appelé ne l’est pas d’abord pour lui-même mais pour Dieu qui appelle en vue d’une réponse. En retour, il découvre la joie d’être appelé, car désormais sa vie prend un sens, sa liberté est sollicitée pour une œuvre à accomplir. Cette joie, il ne peut la vivre qu’en la donnant à l’Eglise, car cet appel est pour elle, afin qu’elle se découvre en ce qu’elle est, ce corps mystique qui vit d’un mutuel appel du Christ. Mais, cette joie est aussi pour le monde, car le Christ est venu pour la vie du monde.

L’Eglise au service des appels

Si elle ne se met pas au service des appels de Dieu, l’Eglise se renie elle-même. Elle n’est plus ce que Dieu a voulu qu’elle soit au milieu des hommes. Lorsqu’elle accueille des appelés, l’Eglise se met à leur service afin de les aider à mieux percevoir cet appel, à en préciser la tonalité propre, à le rendre plus intérieur chez celui qui se découvre appelé. Telle est sa mission reçue du Seigneur. Pour l’appelé, cet accueil est un enrichissement et une nécessité. Il va être la source d’un nouvel appel : l’appel à la réalisation d’un appel dans un milieu humain déterminé, qui va porter cet appel et le faire grandir.

Père Nicolas Delafon,
prêtre du diocèse de Paris


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.