Un cœur qui écoute

Un cœur qui écoute, c’est la disposition fondamentale pour répondre à un appel de Dieu. L’écoute n’est pas seulement ce que l’oreille entend. Il s’agit avant tout d’une disposition de la personne. A un cœur qui écoute, Dieu parle de multiples manières.

"Parle, car ton serviteur écoute" (1S 3, 10). Nous avons tous à l’esprit cette réponse du jeune prophète Samuel à Dieu. Mais de quelle écoute parle Samuel ? N’est-elle pas à demander et à recevoir dans la prière ? S’il s’agit d’écouter Dieu, où parle-t-il ?

Les lieux de l’écoute de Dieu

Si la prière est un lieu d’écoute privilégié, elle n’est pas le lieu unique. La Parole de Dieu, la prédication, les frères… peuvent être aussi des lieux d’écoute et pour chacun d’entre eux, l’intériorisation est décisive. Quel écho la Parole trouve-t-elle en moi ? Que devient-elle ? Y a-t-il des passages de l’Évangile qui m’ont marqué ? De même, quelle résonnance puis-je donner à un événement qui engage la relation à Dieu et aux autres ? C’est Jésus-Christ, Parole vivante du Père, Verbe fait chair, qui fait entendre sa voix dans ces différents lieux. Suis-je entré avec lui dans une relation unique ? Est-ce que je me sens aimé par lui d’une manière privilégiée, de sorte que ses paroles restent gravées en moi ? Le Christ parle aussi à travers ses saints. Ai-je été touché par tel fait de la vie d’un saint ?

L’écoute du coeur

Il ne suffit pas d’écouter. Il faut encore se demander comment, à quel niveau se situe l’écoute. Qu’est-ce que la Parole atteint en moi ? Devant un appel de Dieu, le coeur doit être touché, pas seulement la sensibilité ou l’intelligence. La réponse à Dieu est personnelle. Elle ne doit pas être seulement provoquée par des circonstances extérieures ou rester extérieure à l’intéressé. Elle doit être l’engagement spontané de toute sa personne. L’écoute de Dieu éveille à soi. Elle suscite des questions multiples : de quoi ai-je soif en vérité ? Qu’est-ce qui me rend heureux ? Suis-je dans la réalité ? Suis-je enseignable ? Quelles sont les motivations réelles de mes choix ?… Ces questions sont déterminantes pour répondre avec tout son être à l’appel de Dieu. La Parole a été dite. Elle a été entendue. Il reste à choisir et à s’engager. C’est l’ultime difficulté, la vraie Pâque, le passage de l’écoute à la pratique.
"Celui qui écoute et ne met pas en pratique, dit Jésus, est semblable à un homme qui a bâti sa maison sur un sol sans fondation" (Lc 6, 49).


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.