img18.jpg

Le mariage chrétien

Un beau témoignage !

« Un beau témoignage ! Deux jeunes qui ont choisi, ont décidé, avec joie et courage de former une famille. Si, c’est vrai, il faut du courage pour former une famille ! Il faut du courage. Et votre question, jeunes époux, rejoint celle de la vocation. Qu’est-ce que le mariage ? C’est une vraie vocation, comme le sont le sacerdoce et la vie religieuse. Deux chrétiens qui se marient ont reconnu dans leur histoire d’amour l’appel du Seigneur, la vocation à faire de deux, homme et femme, une seule chair, une seule vie. Et le sacrement du mariage enveloppe cet amour avec la grâce de Dieu, il l’enracine en Dieu même. Avec ce don, avec la certitude de cet appel, on peut partir en sécurité, on n’a peur de rien, on peut tout affronter, ensemble. »

Pape François, Aux jeunes à Assise, 4 octobre 2013

A lire, à voir, à écouter

> Vous retrouverez d’autres articles sur la vie affective dans la rubrique « Dans les relations amicales et amoureuses »

Le mariage chrétien

Qu’est le mariage ? Que signifie « aimer » ? Notre époque nous invite à nous poser à nouveau ces questions élémentaires. Y répondre suppose de parcourir l’itinéraire de l’existence et d’y trouver une vérité sur l’homme et le mariage pour soi et pour les autres.

L’homme et la femme ne sont-ils pas faits l’un pour l’autre ? N’existent-ils pas l’un par l’autre ? Le mariage n’est-il pas une alliance qui prend place au milieu d’autres alliances ? Quelle peut être la portée de cette alliance ? De quel poids humain et existentiel peut-elle être porteuse ? L’amour n’est-il pas affaire de volonté plus que de sentiments ?

Le mariage est une joie pour des époux. Cette joie exige deux êtres suffisamment libres et mûrs pour se recevoir et se donner dans un engagement indissoluble. A défaut, il sera moins porteur de promesses multiples que lieu de souffrances sans nombre.

Le mariage est pour les époux et pour leur joie. Il est aussi pour la société et pour l’Eglise. Dans toutes les cultures et les sociétés, la communauté familiale et conjugale sert la personne et la société. Si elle est fragilisée voire détruite, elle devient un fardeau pour l’Eglise comme pour la société.

Les enfants constituent une des fécondités du mariage. Le mariage leur offre ce foyer stable où ils trouvent une relation féconde à un père et une mère. Le mariage devient sous ce regard un mystère : mystère d’alliance entre des époux mais aussi mystère de vie et de croissance pour des êtres qui se reçoivent de ce lieu si riche et si fragile.

A lire, à voir, à écouter

> Le mariage chrétien : à deux vers le ciel

Un sacrement du mariage

Le mariage comme réalité humaine est infiniment précieux aux yeux de Dieu. N’est-il pas porteur de significations multiples ? N’est-il pas cette réalité parmi d’autres où l’amour et la vie sont vécues et reçues ? Comment Dieu pourrait-il ne pas accorder de prix à cette réalité qui est indissociable de ce qu’il est en propre, Amour et Vie ?

Le mariage est une réalité marquée de l’empreinte de Dieu. Il est également une réalité humaine et au milieu d’autres réalités, cette réalité où ce qu’est un être humain et ce qu’il porte en lui sont le plus engagé. N’y a-t-il pas en chaque être humain un désir d’être aimé et reconnu par un semblable pour la vie ? L’aspiration à un lieu où il puisse être vraiment lui-même sans peurs et sans limites sous le regard d’un être aimé ? La volonté de pouvoir offrir à d’autres, en particulier à des enfants, un foyer où ils pourront venir s’abriter ?

Cependant, cette grande réalité humaine est fragile et risquée. L’alliance humaine dans le mariage est fragilisée par le péché et exposée aux puissances du mal. Envoyé par le Père, le Christ comme Fils unique veut sauver ensemble tout homme et l’amour humain. Il se propose d’inscrire l’alliance conjugale dans une autre alliance, l’alliance nouvelle et éternelle qu’il scelle par le don de sa vie. Dans le sacrement du mariage donné par l’Eglise, la fidélité des époux est inscrite dans la fidélité plus grande de Dieu. Elle est portée par cette fidélité plus forte que la mort et le péché.

Le mariage, signe de l’amour de Dieu pour nous

Comment l’amour de Dieu nous est-il rendu visible, palpable, tangible ? Dans le Christ. Sur la croix, le Seigneur Jésus a aimé chacun de nous jusqu’à l’extrême. Il s’est par ailleurs soucié de sa propre mère. Tandis qu’il donne sa vie pour la vie du monde, il confie sa mère à Jean (cf. Jn 20). Avant d’aller vers son Père, il nous dévoile sa volonté que tous soient là où il est. Il nous prend tous avec lui afin de nous conduire tous vers le Père (cf. Jn 14, 3). Depuis son Ascension, il n’est plus visible à nos yeux.

Comment son amour pour nous nous demeure saisissable ? Dans le mariage, tout être humain se découvre choisi et aimé : un mari sous le regard de sa femme et réciproquement ; un enfant dans le visage aimé d’un père et d’une mère. A travers ces visages, chacun prend conscience qu’il est aimé pour lui-même puis accompagné dans sa vie. L’amour fidèle et grand de parents pour leurs enfants reflète et rend tangible l’amour dont le Christ nous aime de manière indéfectible. C’est pourquoi l’alliance matrimoniale est élevée par le Christ à la dignité de sacrement.

A lire, à voir, à écouter

> Des textes pour réfléchir… par mavocation.org

Les époux comme consacrés

Par le baptême, nous sommes consacrés au Christ. Le Seigneur Jésus nous met à part et devient le Maître de notre existence. Il nous donne dans son Eglise ce dont nous avons besoin pour une vie dans l’Esprit. Il fait de notre vie une marche vers le Royaume, notre Patrie. De son Père, nous recevons par lui la mission d’annoncer l’Evangile et l’Esprit Saint pour cette annonce.

Par le sacrement de l’ordre, des baptisés sont consacrés de manière nouvelle comme prêtres ou évêques pour partager la mission du Christ confiée à ses Apôtres. Ils sont configurés au Christ, Pasteur de son Eglise. Le diaconat est destiné à aider et à servir leur participation au sacerdoce ministériel. Enfin, au cœur de l’Eglise, les consacrés et les religieux vivent d’une manière radicale les Béatitudes. Tout en vivant de leur baptême, ils sont consacrés à Dieu d’une façon spéciale.

Et les époux ? En tant qu’ils sont témoins à un titre particulier de l’amour et de la vie, ils reçoivent de Dieu les secours dont ils ont besoin pour cette mission qu’ils accomplissent dans la société et dans l’Eglise. Ils sont fortifiés par le sacrement du mariage. Ils sont comme consacrés pour refléter par le sacrement du mariage l’amour de Dieu et être témoin du Vivant, Dieu, qui donne la vie.

Père Nicolas Delafon,
prêtre du diocèse de Paris

Couples, osez la sainteté !

« Ayez le courage d’être heureux ! »

Certains sont appelés à se sanctifier en constituant une famille par le sacrement du mariage. Il y a ceux qui disent qu’aujourd’hui le mariage est « démodé » ; dans la culture du provisoire, du relatif, beaucoup prônent que l’important c’est de « jouir » du moment, qu’il ne vaut pas la peine de s’engager pour toute la vie, de faire des choix définitifs, « pour toujours », car on ne sait pas ce que nous réserve demain. Moi, au contraire, je vous demande d’être révolutionnaires, d’aller à contre-courant ; oui, en cela je vous demande de vous révolter contre cette culture du provisoire qui, au fond, croit que vous n’êtes pas en mesure d’assumer vos responsabilités, que vous n’êtes pas capables d’aimer vraiment. Moi, j’ai confiance en vous, jeunes, et je prie pour vous. Ayez le courage d’aller à contre-courant. Ayez le courage d’être heureux.

Pape François, Rencontre avec les volontaires, JMJ de Rio, 28 juillet 2013