La grande aventure de la vie humaine

A l’occasion de l’année "La famille et la jeunesse : une espérance !", le Cardinal André Vingt-Trois s’adresse en particulier aux jeunes et aux étudiants (n° 34 à 49) sur les enjeux de la vie affective.

Devenir capable de se donner

"… Quant à vous, les jeunes et les étudiants, vous vous préparez à fonder une famille. Notre monde, et en particulier toute l’industrie du divertissement, vous incite facilement à jouir de la vie, à vous amuser, à vous " éclater". Il vous fait miroiter les plaisirs de la vie sexuelle et les saisons de la vie affective. Il vous attire par l’alcool, la drogue et la pornographie, vous donnant l’illusion de rendre votre vie excitante. Vous êtes dans des temps d’études et de formation ; ceux-ci sont souvent arides, c’est certain, même s’il est merveilleux d’apprendre, de découvrir ses capacités et d’acquérir des compétences qui vous permettront de tenir votre place en cette vie. Vous avez donc normalement besoin de détente.

Mais la grande aventure de la vie humaine, la seule qui compte, c’est de devenir capable de se donner et de trouver celui ou celle à qui unir sa vie , à qui vous "attacher" et avec qui "devenir une seule chair" (Gn 2, 24). Pour vous préparer à cette aventure, apprenez à nouer des amitiés réelles, solides et sincères , tant masculines que féminines. Faites de grandes et belles choses entre amis. Ne vous contentez pas de fêtes sans lendemain. Donnez de votre temps ; partagez ce que vous avez ; mettez-vous au service de plus jeunes ou de plus pauvres ou de personnes âgées  : les personnes qui ont besoin de votre force, de votre énergie, de votre enthousiasme, de votre capacité de créer, ne manquent pas."

Jeunes
© esprit-photo.com

Soyez fidèles des aujourd’hui !

" Certains d’entre vous, sans doute, "tombent" facilement amoureux ; d’autres sont plus stables ou plus sages : ne vous enfermez pas dans vos émois amoureux , ne vous laissez pas prendre à l’illusion que toute attirance doit nécessairement déboucher sur une relation sexuelle, ne vous laissez pas imposer des flirts sans amour vrai pour faire comme tout le monde. Votre corps vous est donné pour être l’expression de votre cœur, et votre cœur n’est pas votre sentimentalité fluctuante, mais votre liberté profonde. Soyez fidèles dès aujourd’hui à celui ou à celle qui sera un jour votre époux, même si vous ne le connaissez pas encore. Que ces années de jeunesse soient un temps d’élargissement et de fortification de cette liberté. Un jour, vous ferez entrer votre futur conjoint dans votre famille. Vous donnerez ainsi à tous les vôtres la joie de voir que vous prenez la vie au sérieux et que vous croyez suffisamment en vous-mêmes et dans les autres pour engager votre vie sans réserve. Au milieu d’un monde agité et souvent dur, fonder une famille revient à proclamer que notre vie nous est donnée par amour et que notre plus grande tâche terrestre est d’apprendre à aimer en vérité, à travers nos forces et aussi nos faiblesses."

Il se peut que le conjoint espéré tarde à se présenter…

" Il se peut que le conjoint espéré tarde à se présenter. C’est, je le sais, pour pas mal de jeunes gens et de jeunes filles aujourd’hui, une souffrance et une angoisse. Ces années d’attente ne sont pourtant pas des années vides  : au-delà de votre engagement dans la vie professionnelle et ce qui peut parfois s’y réaliser de grand et de beau, vous avez une énergie et une créativité dont des milliers de causes diverses au service de l’humanité ont besoin et votre apport y est indispensable ."

Une fidélité impossible ?

" Avant toute chose, je voudrais à nouveau insister sur le fait qu’il y a quelque chose à faire. Nous rencontrons trop de gens qui sont aliénés dans leur liberté, comme s’ils étaient submergés par une vague de comportements et de manières de vivre contre lesquels ils ne pourraient rien. Prenons quelques exemples pour nous éclairer. Actuellement dans la Région d’Ile-de-France, on estime que plus de 40% des mariages aboutissent à un divorce. C’est un nombre tellement considérable que, tous, nous connaissons des familles, peut-être même les nôtres, qui sont frappées par ce fléau. La pensée commune est qu’il n’y a rien à faire et que, fatalement, un mariage sur deux va se terminer par un divorce. Mais pensez-vous sérieusement que les 60% de mariages qui tiennent sont composés de gens anormaux, qui ne vivent aucune crise conjugale et qui n’ont aucune raison de se séparer ? Plutôt que de nous laisser fasciner par ces 40% d’échec, pourquoi ne pas nous appuyer sur les 60% de succès et essayer de comprendre comment il est possible de vivre la fidélité ?

De même, le "modèle télévisé" de la vie affective, comme les cours d’éducation sexuelle dispensés dans les collèges et les lycées, fonctionnent sur un principe qui n’est jamais contesté, et pas même discuté : la continence sexuelle serait impossible. Une fois ce principe admis, il n’est pas difficile de dissocier la relation sexuelle de l’engagement personnel des partenaires. L’éducation affective est du coup ramenée à une prophylaxie dont les objectifs sont d’éviter les deux grands dangers que sont les maladies sexuellement transmissibles et la maternité. Ainsi ce qui peut être une belle expérience humaine se transforme en "zone dangereuse". Comment pouvons-nous accepter que l’on réduise à ce point la liberté humaine, qu’on la juge incapable de surmonter les désirs sexuels ?

J’ai choisi délibérément ces deux exemples parce qu’ils nous font sentir à quel point nous sommes entraînés dans une logique de fatalité. Il en est beaucoup d’autres qui sont moins graves et moins dramatiques. Mais en tout cela, c’est la liberté humaine qui est en jeu . C’est notre dignité que d’être bien plus qu’une somme de désirs et de pulsions, c’est notre grandeur que d’apprendre à les maîtriser."

Retrouvez l’intégralité de la lettre pastorale du Cardinal André-Vingt Trois, Archevêque de Paris : "La famille et la jeunesse : une espérance  !" Les sous-titres sont de mavocation.org


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.