Educateurs : communiquer la joie au nom de Jésus

Lors d’une rencontre avec des jeunes de l’Action catholique italienne le 30 octobre 2010, sur le thème : "Il y a plus. Grandissons ensemble", le St Père a répondu aux questions des jeunes.

Sainteté, que signifie aujourd’hui être éducateurs ? Comment pouvons-nous affronter les difficultés que nous rencontrons dans notre service ? Et comment faire en sorte que tous prennent soin du présent et de l’avenir des nouvelles générations ?

Une question importante. Nous le voyons dans cette situation du problème de l’éducation. Je dirais qu’être éducateurs signifie avoir la joie dans le cœur et la communiquer à tous pour rendre la vie belle et bonne ; cela signifie offrir des raisons et des objectifs au chemin de la vie, offrir la beauté de la personne de Jésus et faire que l’on devienne amoureux de Lui, de son style de vie, de sa liberté, de son grand amour plein de confiance en Dieu le Père. Cela signifie surtout garder toujours haute la barre de toute vie, vers ce "plus" qui vient de Dieu. Cela demande une connaissance personnelle de Jésus, un contact personnel, quotidien, amoureux, avec Lui dans la prière, dans la méditation de la Parole de Dieu, dans la fidélité aux sacrements, à l’Eucharistie, à la confession ; cela demande de communiquer la joie d’être dans l’Eglise, d’avoir des amis avec qui partager non seulement les difficultés mais aussi la beauté et les surprises de la vie de foi.

Jeunes
© D.R.

Vous savez bien que vous n’êtes pas patrons des jeunes, mais serviteurs de leur joie au nom de Jésus, que vous êtes des guides vers Lui. Vous avez reçu le mandat de l’Eglise pour cette tâche. Quand vous adhérez à l’Action catholique vous vous dites à vous-mêmes et vous dites à tous que vous aimez l’Eglise, que vous êtes disposés à être coresponsables avec les pasteurs, de sa vie et de sa mission, dans une association qui se prodigue pour le bien des personnes, pour leurs chemins de sainteté et le vôtre, pour la vie des communautés chrétiennes dans le quotidien de leur mission. Vous êtes de bons éducateurs si vous savez impliquer toute personne pour le bien des plus jeunes. Vous ne pouvez pas être auto-suffisants, mais vous devez faire sentir l’urgence de l’éducation des jeunes générations à tous les niveaux. Sans la présence de la famille, par exemple, vous risquez de construire sur le sable ; sans une collaboration avec l’école on ne peut pas former une intelligence profonde de la foi ; sans un engagement des différentes agents du temps libre et de la communication, votre œuvre patiente risque de ne pas être efficace, de ne pas avoir d’influence sur la vie quotidienne. Je suis certain que l’Action catholique est bien enracinée sur le territoire et a le courage d’être le sel et la lumière. Votre présence ici, ce matin, me dit non seulement à moi mais à tous qu’il est possible d’éduquer, que c’est difficile mais beau de donner de l’enthousiasme aux enfants et aux adolescents. Ayez le courage, je dirais l’audace de faire qu’aucun milieu ne soit privé de Jésus, de sa tendresse que vous faite vivre à tous, y compris à ceux qui en ont le plus besoin, qui sont abandonnés, à travers votre mission d’éducateurs.

Cette question a été posée au St Père lors d’une rencontre avec des jeunes de l’Action catholique italienne le 30 octobre 2010, sur le thème  : "Il y a plus. Grandissons ensemble"

© Copyright du texte original : Librairie Editrice du Vatican - Traduction : Zenit


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.