Le dynamisme de l'oraison

Qu'est-ce que l'oraison ? Quelle peut être son importance et ses répercussions dans ma vie ?

« Un savant a dit : "Donnez-moi un levier, un point d'appui, et je soulèverai le monde." Ce qu'Archimède n'a pu obtenir parce que sa demande ne s'adressait point à Dieu et qu'elle n'était faite qu'au point de vue matériel, les saints l'ont obtenu dans toute sa plénitude. Le Tout-puissant leur a donné pour point d'appui : Lui-même et Lui seul ; pour levier : l'oraison qui embrase d'un feu d'amour, et c'est ainsi qu'ils ont soulevé le monde ; c'est ainsi que les saints encore militants le soulèvent et que, jusqu'à la fin du monde, les saints à venir le soulèveront aussi. »

Ste Thérèse de l’Enfant-JésusManuscrits autobiographiques, C fol. 36 r° et v°

Le but de l’oraison est bien que l’homme puisse bâtir une civilisation d’amour, parce que nous ne sommes rassasiés que par l’Amour ! Et voici ce que le Seigneur lui-même nous promet par la bouche de Jean Paul II et de Ste Catherine de Sienne : "Si vous êtes ce que vous devez être, vous mettrez le feu au monde."

Face à ce grand désir d’amour, persistent en nous de multiples obstacles, contradictions, distorsions… Nous avons donc besoin d’une nourriture pour vivre autant que d’une transformation pour recevoir et diffuser l’Amour de Dieu. C’est là une des œuvres de l’oraison. Il s’agit de donner à Dieu le temps de faire son œuvre en notre cœur, travail de conversion, jusqu’à une véritable transfiguration.

Voici ce qu’est pour la grande Thérèse d’Avila l’oraison :

« C’est un commerce intime d’amitié où l’on s’entretient souvent seul à seul avec Dieu dont on se sait aimé. »

Dans une société où tout est échange ; donnant-donnant, nous pouvons facilement comprendre ce terme de commerce. Le commerce pour Thérèse, n’est qu’un échange. Un admirable échange, mais un échange. Attention ! Là où chez nous cela signifie égalité. Thérèse comprend que Dieu donne beaucoup, il se donne entièrement ! Alors que l’homme donne peu. En fait, dans l’oraison, nous permettons surtout à Dieu de se donner. Thérèse d’Avila précise même qu’il se donnera dans la mesure où nous nous donnerons à lui.

Ce commerce est un échange entre deux amours. Dieu est amour. Cela veut simplement dire qu’il est don. Il veut se donner. Diffuser ce qu’il y a en lui pour le bonheur et la joie de l’homme. L’homme grâce à Dieu, devient puissance de don.

En faisant oraison, nous ouvrons une porte pour nous ouvrir et nous unir à Lui, nous découvrons que Dieu est présent, là, prêt à se donner à nous. En acceptant Son désir, en y répondant, c’est comme si, en faisant un pas, nous Lui permettions d’en faire deux. Faisons confiance à la Trinité. N’ayons pas peur, malgré notre petitesse et nos limites, Dieu fera TOUT pour nous rejoindre, et venir habiter notre personne.

Dieu est vraiment présent en nous ! Bienheureux Laurent de la Résurrection et Bienheureuse Elisabeth de la Trinité ont vécu avec cette idée toute leur vie : Dieu est présent dans notre personne. La Trinité est présente dans notre personne depuis notre baptême, nous en rendons-nous compte ? Quelle énormité ! Le grand Saint Paul a lui-même médité sur cette réalité : "Car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c'est vous."

Dieu est éminemment délicat, Il s’approche, Il attend que nous Lui ouvrions la porte… Il veut bien toucher, éclairer l’homme, mais l’homme le veut-il ? C’est comme si un très bon ami susceptible de nous aider frappait à notre porte juste au moment où nous en avions besoin. Peut-il entrer ? La poignée est de notre côté. Pour Lui, sur le palier rien, aucun moyen de forcer l’entrée. La porte de notre personne est spéciale, la poignée est de notre côté. C’est notre volonté !


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.