logo facebook

Prêtre diocésain à Meaux

Meaux

Les responsables du Service des Vocations jeunes hommes de Meaux


Père Guillaume de LISLE

Père Guillaume de LISLE
Lui écrire

séminaristes à Jérusalem

Père Thierry Leroy

Père Thierry Leroy
Délégué aux séminaristes
du diocèse de Meaux

Les paroles du Seigneur sont « plus savoureuses que le miel qui coule des rayons », chante le psalmiste. Et selon saint Jérôme, le grand et rude auteur de la Vulgate, « ignorer les Écritures, c’est ignorer le Christ ».

Ce chant et cet avertissement, qui concernent tous les fidèles du Christ, prennent un relief particulier pour ceux qui auront à en être les prêtres. C’est pourquoi l’Écriture Sainte tient une place centrale dans la formation des séminaristes. Il s’agit pour eux de s’en nourrir et d’en être pétris, de telle manière qu’elle rayonne dans le cœur du futur prêtre. Et après l’ordination, ce n’est pas fini ! La Parole n’est pas un sujet de connaissance qu’il faudrait obtenir une fois pour toutes ; c’est une manne pour chaque jour.

À la suite de ses prédécesseurs, le pape François insiste : « Le prédicateur doit tout d’abord acquérir une grande familiarité personnelle avec la Parole de Dieu. Il ne suffit pas d’en connaître l’aspect linguistique ou exégétique, ce qui est cependant nécessaire. Il lui faut accueillir la Parole avec un cœur docile et priant, pour qu’elle pénètre à fond dans ses pensées et ses sentiments et engendre en lui un esprit nouveau ». Cette familiarité s’acquiert selon différents modes. Par l’étude, afin de mieux comprendre d’où vient l’Écriture et ce qu’elle signifie ; par la « lectio divina », pour recevoir la Parole paisiblement, de façon priante et savoureuse ; par l’oraison, qui fait résonner quelques versets ou mots dans le silence. Et dans la liturgie, où l’Écriture devient action de salut du Seigneur. C’est pourquoi l’institution au lectorat est une étape importante dans la vie d’un homme qui se forme pour devenir prêtre. Grégoire nous en parle ci-dessous.

Comment ne pas être saisi par la Parole de Dieu ? Elle éclaire, édifie et demande une sensibilité spirituelle pour lire dans les évènements le message de Dieu. Pour devenir toujours plus des disciples missionnaires et former en nos séminaristes des cœurs de pasteurs.

Retour sur mes premiers mois de ministère diaconal

Diacre proclamant l'Evangile

À toutes les activités pastorales que j’ai l’habitude d’avoir en tant que séminariste en stage paroissial, s’en ajoutent au moins trois qui ont pris du relief dans ma situation nouvelle de diacre en vue du sacerdoce. Il s’agit de la célébration des baptêmes, la célébration des funérailles et la proclamation de la Parole de Dieu. Ces activités pastorales me donnent de vivre mon stage diaconal avec respectivement beaucoup de joie, de circonspection et surtout de confiance dans le Seigneur.

Célébration des baptêmes et joie

J’ai toujours été nourri par ce désir profond d’amener des âmes au Seigneur. Pour moi chaque baptême, de la préparation à la célébration, est une occasion de contribuer à l’œuvre du salut des âmes.
Versant de l’eau bénite sur la tête de ces petits enfants et prononçant les paroles « Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit », je sens au fond de moi cette joie débordante d’avoir contribué à augmenter le nombre des enfants de Dieu, à conduire une nouvelle créature à connaître son Créateur et à intégrer un nouvel enfant de Dieu dans la grande assemblée. Je réponds ainsi à cette grande mission du Christ qui a demandé aux apôtres de faire de toutes les nations des disciples (cf. Mt 28, 19).

Célébration des funérailles et circonspection

Une autre activité pastorale qui me donne de vivre mon nouvel état de diacre est la célébration des funérailles. C’est pour moi un moment favorable pour tendre les bras maternels de l’Église à ces personnes qui ont perdu un être cher, pour leur apporter une parole réconfortante et pour leur dire combien le Seigneur les aime.

Je cherche la brèche pour faire entrer la lumière de la Parole du Seigneur. Comme les familles endeuillées sont beaucoup plus sensibles en ces occasions, je les aborde avec patience, douceur et prudence pour ne négliger aucune circonstance dans la manière de leur parler de l’amour de Dieu qui soutient et console dans les épreuves de la vie. Car c’est « le Seigneur qui donne de la force à celui qui est fatigué, et augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance ». (Is 40, 29)

Ainsi, avec bienveillance et sollicitude, je montre à ces familles ce visage d’Église qu’elles ont peut-être connu dans leur enfance et perdu par la force des vicissitudes de la vie. Pour cela j’ai toujours en mémoire cette scène de la rencontre de Jésus avec la veuve de Naïm. « Jésus fut saisi de pitié pour elle » (Lc 7, 13).

Proclamation de la Parole de Dieu et confiance dans le Seigneur

La proclamation de la Parole de Dieu est le troisième lieu où je vis mon ministère diaconal.

En venant m’incliner devant le prêtre et en lui disant « Bénissez-moi mon Père ! » avant de proclamer la Parole de Dieu, je me sens déjà, par ce geste d’humilité, invité à m’en remettre à la volonté de Dieu. C’est pour moi une invitation à faire davantage confiance au Seigneur pour que sa Parole prononcée ne soit pas pervertie par l’homme pécheur que je suis mais qu’elle éclaire les pensées, touche les cœurs, purifie les âmes et convertisse des personnes.

Je remercie le Seigneur qui me donne chaque jour de lui faire davantage confiance. Car, comme je le dis dans mes prières matinales après le psalmiste : « Seigneur je n’ai ni le cœur fier ni le regard ambitieux, je ne poursuis ni grands destins, ni merveilles qui me dépassent. Mais je tiens mon âme égale, silencieuse […] comme un enfant, comme un petit enfant contre sa mère ». [Ps 130 (131), 1-2].

Tout compte fait, mon âme de jeune diacre vit un programme simple mais qui est le projet de toute une vie à la suite du Christ : descendre de mon arbre d’orgueil comme Zachée, devenir pauvre et modeste comme le Christ et accepter de lui dire oui sans me dérober.

Wilimstrong Borgella,
Diacre en vue du sacerdoce en stage diaconal à Melun


institution séminariste

Point final

La session de rentrée à Jérusalem fut pour moi le point final de ma mission de deux ans en Terre Sainte. Elle a été aussi l’occasion de mon institution au lectorat.

J’ai eu la joie, au cours de ces années, de m’enraciner un peu plus dans la Parole de Dieu ; j’ai eu la grâce de parcourir les lieux bibliques. Lors de la messe dominicale de la Kéhila de Jérusalem (paroisse hébraophone), l’évêque nous a institués lecteurs, Alexandre, François-Olivier et moi. Cette messe franco-hébraïque, dans ce lieu, n’a pas été choisie au hasard puisque j’ai été au service de cette communauté. Alors que mes camarades ont répondu «  me voici  », moi j’ai pu dire en hébreu. Nous y avons reçu notre premier ministère : celui de proclamer la Parole à la messe – première et deuxième lectures – mais aussi celui de continuer de s’y enraciner et d’en vivre pour s’y conformer. Comme a aimé nous le rappeler Mgr Nahmias, les saints sont souvent représentés en Orient avec des grandes oreilles : c’est une invitation pour nous à les avoir grand ouvertes à la Parole de Dieu !

Grégoire Oliveira Silva,
Séminariste du diocèse de Meaux et membre de la Fraternité Saint Étienne


Le service des vocations propose

Marche des vocations avec Mgr Nahmias lundi de Pâques 13 avril 2020 : Une journée pour parler vocation en direct avec notre évêque, des séminaristes et avec d’autres garçons s’interrogeant sur le sacerdoce.

Diner-rencontre avec Mgr Nahmias et veillée de prière pour les ordinands à la veille des ordinations : Samedi 27 juin 2020

Ordinations à la cathédrale Saint Etienne à Meaux : Dimanche 28 juin 2020

Pèlerinage à Lourdes l'été avec les nouveaux ordonnés : Du 28 juin au soir au vendredi 3 juillet 2020.

Mgr Nahmias emmène les séminaristes et les jeunes du Service des Vocations en pèlerinage à Jérusalem

Et toujours des rencontres individuelles pour faire le point sur sa vocation…

Voir les propositions du Service des Vocations de Meaux


Ordinations 2019

Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise