logo facebook

Prêtre diocésain à Meaux

Meaux

Les responsables du Service des Vocations jeunes hommes de Meaux


Père Guillaume de LISLE

Père Guillaume de LISLE
Lui écrire

séminaristes priant pendant une célébration dans un monastère

Séminaristes dans la Maison commune

Père Thierry Leroy

Père Thierry Leroy
Délégué aux séminaristes
du diocèse de Meaux

« Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur. Leur communauté, en effet, s’édifie avec des hommes, rassemblés dans le Christ, conduits par l’Esprit Saint dans leur marche vers le Royaume du Père, et porteurs d’un message de salut qu’il faut proposer à tous. » Concile Vatican II, constitution pastorale Gaudium et spes (L’Église dans le monde de ce temps), prologue.

En chemin pour porter dans l’ordination l’espérance du Christ, les séminaristes ne sont pas formés « hors sol » : ils s’intéressent à « ce qui se passe dans notre maison commune » Pape François, encyclique Laudato Si sur la sauvegarde de la maison commune, n°17.

Philosophique, théologique et biblique, leur formation ne peut ignorer l’écologie intégrale : prendre soin de la maison-Terre et de ses habitants, surtout les plus fragiles. Cette dimension de la formation contribue à développer en eux un cœur de pasteur selon le cœur de Dieu. Ainsi, la session diocésaine à la fin du mois d’août s’est ouverte par une réflexion sur l’encyclique Laudato si ; la rencontre d’un agriculteur de la région de Coulommiers a pointé les enjeux d’une agriculture raisonnée. À Ars, des séminaristes ont partagé sur la simplicité de vie des prêtres : dans ce monde de consommation effrénée, cette dimension de notre vie n’est pas en dehors de la question. Tout est lié : les créatures humaines, animales et l’environnement. Tout est fragile, mais tout est don de Dieu créateur.

L’Eucharistie nous le rappelle, qui « est en soi un acte d’amour cosmique : […] elle unit le ciel et la terre, elle embrasse et pénètre toute la création. Le monde, qui est issu des mains de Dieu, retourne à lui dans une joyeuse et pleine adoration. […] C’est pourquoi l’Eucharistie […] nous invite à être gardiens de toute la création. » Laudato Si, n° 236. C’est pourquoi nous la célébrons quotidiennement dans les séminaires.

Retour sur une année inter-cycles en paroisse

célébration en paroisse

La formation des séminaristes se fait en plusieurs étapes : une année de propédeutique, suivie d’un premier cycle de philosophie sur deux ans, puis un second cycle de théologie sur trois ans, et enfin un temps de diaconat, généralement en paroisse. Après mon premier cycle, j’ai demandé à faire une année de stage en paroisse dans le diocèse de Meaux. L’objectif était de mieux connaître la vie de terrain, le diocèse et ses prêtres, mais aussi de m’aider dans ma formation intellectuelle en créant un lien entre les cours du séminaire et le quotidien de la paroisse. J’ai donc été envoyé à Fontainebleau en septembre 2019. Ma mission s’est articulée autour de trois axes : quotidien de la paroisse, catéchisme/aumônerie de jeunes et visites en prison. En cours d’année, un invité surprise a fait son apparition : le confinement.

Le quotidien de la paroisse

J’ai ainsi rejoint l’équipe d’animation liturgique, comme chantre et comme liturge. J’ai ainsi commencé à enregistrer les psaumes de la liturgie des heures pour le site de la chorale du pôle missionnaire de Fontainebleau. Ce projet de grande ampleur est actuellement poursuivi par Louis, un autre séminariste.

J’ai également participé à la diffusion des Cellules paroissiales d’évangélisation et des « Petits groupes » de la paroisse pendant le Carême et l’Avent. Ces cellules sont, pour tous les laïcs, un formidable moyen d’évangéliser, de rejoindre des personnes qui sont parfois loin de l’Église. Enfin, la vie de tous les jours est également une excellente formation, aussi bien dans les discussions à table que dans la vie de prière. Quelles sont les préoccupations des prêtres du diocèse ? Suis-je capable de maintenir une vie de prière régulière dans un emploi du temps nettement moins réglé que celui d’un séminaire ?

Catéchisme et aumônerie

J’avais plusieurs groupes, allant du CM1 au lycée. Cela fut, tout au long de l’année, une excellente formation pastorale. Être capable d’aborder les mêmes sujets aussi bien avec des enfants que des jeunes adultes demande à la fois une bonne connaissance de ses propos, et un travail d’adaptation pour les exprimer de façon appropriée. Cela permet de révéler ses propres limites.

Visite de prison

J’ai aussi fait partie d’une aumônerie de prison. Nous avions un groupe de partage biblique une fois par semaine, et la messe environ un dimanche sur deux. Le béton et l’univers carcéral mis de côté, j’ai été très marqué par le désir de connaissance de Dieu et par la vie de prière de plusieurs des détenus rencontrés.

Confinement

Pendant le premier confinement, le presbytère s’est adapté : développement sur internet, visite à l’hôpital des prêtres lorsque c’était possible. Pour ma part, je me suis principalement concentré sur la partie technique, avec les moyens à disposition. Cet été, on m’a fait remarquer que ce confinement était mal tombé car il ne m’avait pas permis de voir totalement le quotidien d’une paroisse. Mais savoir s’adapter lors des moments de crise fait partie des réalités paroissiales !

Cette année a été intense, diversifiée et très formatrice. Chaque paroisse a ses particularités, et ce que j’ai vécu à Fontainebleau aurait été différent, mais tout aussi bénéfique, ailleurs. Dans la formation d’un séminariste, l’année inter-cycles est fréquente mais elle n’est pas systématique. Après l’avoir vécue, je ne peux qu’encourager mes frères séminaristes à faire de même, et encourager les laïcs à rencontrer les séminaristes !

Séraphin de Fombelle,
séminariste en première année de théologie au séminaire d’Ars


rencontre séminaristes et agriculteur

Vivre l’écologie au séminaire !

« Dieu les bénit et leur dit : soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la » Genèse 1-28.

Depuis le commencement, cet ordre de Dieu confie à l’homme la responsabilité de la maison commune. Malheureusement, comme le montrent des chiffres toujours plus alarmants, nous voyons davantage les conséquences du péché originel sur une création blessée plutôt qu’une gestion responsable de bons intendants.

Le pape François, depuis son encyclique Laudato Si’, a voulu nous montrer le cap donné par Dieu. Ce cap, l’entretien juste et raisonnable de notre maison commune s’est traduit par de nombreuses initiatives dans l’Église.

Au séminaire de Notre-Dame-de-Vie, nous essayons aussi de nous inscrire à notre niveau dans ce mouvement. De rencontres en débat, et d’essais de permaculture en potager, la mise en œuvre pratique de l’encyclique s’installe peu à peu. Depuis l’année dernière, outre des discussions quotidiennes sur le sujet de l’écologie, un certain nombre de séminaristes ont mis en place un potager. Outre le bienfait de la détente du corps et de l’esprit après des heures d’études, cela nous aide à retrouver un certain sens concret du don de la création de Dieu. Ainsi, de l’oraison du matin aux heures d’études et à la contemplation de la création par le travail de la terre, les séminaristes s’inscrivent dans la dynamique voulue par le pape et participent humblement à l’édification de la maison commune.

Hugo Cahagne,
séminariste en première année de théologie au séminaire de Notre-Dame-de-Vie


Le service des vocations propose

Lundi de Pâques 5 avril 2021 : Marche des vocations avec Mgr Nahmias.
Une journée pour parler vocation en direct avec l’évêque, des séminaristes et avec d’autres garçons s’interrogeant sur une vocation sacerdotale.

Dimanche 20 juin 2021 à la cathédrale à Meaux : Ordinations

27 juin soir au 2 juillet 2021 : Pèlerinage du diocèse à Lourdes pour faire l’expérience du service des malades.

Et toujours, toute l’année, des rencontres individuelles pour faire le point sur un appel, prendre des moyens objectifs de discernement, trouver un directeur spirituel…
Contact : Père Guillaume de Lisle
06 72 85 00 92
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Voir les propositions du Service des Vocations de Meaux


Ordinations 2020

Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise