logo facebook

Prêtre diocésain à Versailles
×

Avertissement

Joomla\CMS\Cache\Storage\FileStorage::_deleteFolder JFolder::delete : impossible de supprimer le répertoire. Chemin : /home/bexxxpu/sites/jml_prod/web/cache/page

Versailles


Les responsables du Service des Vocations jeunes hommes de Versailles


Père Mathieu de Raimond
Père Mathieu de Raimond
Lui écrire


Père Pierre Amar
Père Pierre Amar
Lui écrire


Père Grégoire Leroux

Père Grégoire Leroux
Lui écrire


Est-ce dur d’être au séminaire en 2020 ?

Père Matthieu Dupont

Père Matthieu Dupont,
Supérieur du séminaire de Versailles

Cette question est provocante, mais nous ne pouvons pas former des prêtres en 2020 comme en 2019. La question n’est pas tant de se morfondre voire de se plaindre, mais bien de se demander quelles sont les grâces propres à 2020 ? Pour ma part, j’en reconnais trois : une meilleure connaissance de soi, une plus grande liberté intérieure, une souplesse spirituelle et donc pastorale.

Une meilleure connaissance de soi. Comme un des futurs prêtres l’évoquait en avril dernier, « ce confinement est l’occasion pour chacun d’être la caricature de soi-même ». En effet, nous avons dû, les uns et les autres, nous appuyer sur nos « tripes », nos convictions, notre être profond pour traverser « ces tunnels » des confinements. Nos forces, nos limites et nos faiblesses se sont révélées. Ces révélations sont une grâce si elles sont bien sûr accompagnées.

Une plus grande liberté intérieure. J’évoque ici l’expérience des séminaristes du 1er cycle de Versailles qui se sont retrouvés en famille au printemps dernier. Ils ont dû s’appuyer sur eux-mêmes, en dehors du cadre tutorant du séminaire, pour mettre en place une vie de prière ou d’étude. Cette expérience a pu être douloureuse, mais elle a permis un engagement de leur liberté et, en ce sens, « une accélération de leur discernement » à la suite du Christ.

Une souplesse spirituelle. Quand il est impossible de se projeter à plus à plus de quinze jours, l’abandon de toute routine s’impose. Il nous faut sans cesse être aux aguets de ce que l’Esprit-Saint nous signifie. C’est certes plus fatigant, mais cela cultive en nous une grande docilité spirituelle et un esprit de détachement.

Être confiné est une expérience communautaire mais n’oublions pas qu’elle est avant tout une expérience personnelle.

Les séminaristes de Versailles en 2d cycle à Notre-Dame-de-Vie, Paris ou Rome ont vécu trois expériences différentes dont voici trois échos.

Face à notre monde de plus en plus individualiste, quelle place pour nos relations fraternelles, avec nos familles, nos amis, nos collègues, nos voisins… ?

Quelle présence auprès de nos proches les plus fragiles, notamment en fin de vie ? Quelles sont nos priorités et comment les ordonnons-nous ? Quelle place donnons-nous à la dignité et à la liberté de chacun face aux intérêts sanitaires et économiques globaux ? L’épidémie nous confronte de manière forte à la question de la mort. D’un côté nous cherchons à l’isoler et à la combattre par la technique médicale. Mais d’un autre côté, celle-ci interpelle notre espérance sur un « après » et sur le sens de notre vie.

Mathieu, en formation au séminaire du Studium de Notre-Dame-de-Vie

Ces temps de confinement ou d’isolement, vécus en paroisse ou au séminaire, ont peut-être révélé comme rarement nos différences au sein d’une même communauté.

Je vivais auprès de frères que je supposais assez semblables à moi. Et voilà que j’ai été surpris par tel ou tel qui a traversé, positivement ou au contraire douloureusement, tel aspect éprouvant que j’ai vécu d’une toute autre manière que lui. Plus que jamais, il m’apparaissait que je n’avais pas à projeter sur lui la joie ou la peine qui n’avait pas été la sienne. Ce confinement me semblait l’occasion d’être éduqué à une sollicitude fraternelle vraiment décentrée.

Pierre, prêtre étudiant à l’Université Grégorienne à Rome, logeant au séminaire français.

C’est aujourd’hui le jour du salut ! Gardons la tête haute, Il est là, surtout quand on ne Le voit pas.

Nous avons redécouvert dans notre chair, à travers la privation imposée par les circonstances, le besoin vital que nous avons du Seigneur, de son Eucharistie qui nous nourrit réellement, au sein d’une communauté assemblée. Beaucoup ont dû inventer, dans la douleur, de nouvelles façons de le rencontrer, par une belle prière familiale ou en s’arrêtant adorer la présence du Ressuscité au tabernacle. Le Père vient à la rencontre de son Église aujourd’hui, pour nous permettre de porter du fruit, quelles que soient les difficultés.

Vincent, diacre étudiant au séminaire de Paris et à la Faculté Notre-Dame (Collège des Bernardins).

Maison Pierre de Porcaro

Et 2021 ?

Cette nouvelle année au séminaire de Versailles sera marquée par la reconduction des sessions de formation dans le domaine de l’affectivité en coopération avec le Cabinet Raphaël. Ces sessions ont porté de très beaux fruits chez les premiers séminaristes à les avoir suivies. La grande retraite des 30 jours de saint Ignace sera aussi de nouveau proposée durant l’été 2021. Depuis trois ans, elle structure l’ensemble du 1er cycle. Les séminaristes discernent librement l’opportunité de vivre cette retraite pour faire l’expérience fondatrice de la suite du Christ.

De nouveaux enseignants nous ont déjà rejoints ou nous rejoindront : Mesdames Béatrice Lugagne-Delpon (Histoire de la philosophie moderne et contemporaine) et Isabelle Perrier (Révélation divine), le Père Emmanuel Gougaud (Théologie fondamentale). Notre collège des tuteurs s’est féminisé. Il comporte désormais trois prêtres et trois femmes. Et enfin une collaboration plus étroite avec la paroisse de Chatou viendra renforcer l’ancrage paroissial de nos apostolats.

le service des Vocations propose :


Foyers étudiants
Les foyers étudiants du diocèse de Versailles, répartis sur Versailles et saint Germain en Laye, accueillent aujourd’hui 24 jeunes pour une année scolaire.
Ces foyers chrétiens sont des lieux structurants destinés aux jeunes désirant une vie communautaire et un cadre propice pour étudier en contrepartie d’un engagement pastoral. Chaque foyer est suivi par un couple et un aumônier.
Pour les garçons ou filles entre 19 et 24 ans, sur lettre de motivation et recommandation d’un prêtre.
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ordinations sacerdotales
Au mois de juin en la Cathédrale St-Louis

Camp ADSUM (Me voici !)
Comme chaque année, les pères Grégoire Leroux et Mathieu de Raimond, accompagnés d’un séminariste et d’une famille, proposent un camp d’été à tous les jeunes qui veulent découvrir la vocation de prêtre diocésain (garçons de 14 à 17 ans, en classe de 4e à 1ère).
Entre montagne et lac, les activités sont variées pour une expérience d’amitié et de joie.

Renseignements et inscription :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le séminaire de Versailles

Découvrir le site du séminaire de Versailles

le site du séminaire  de Versailles


La maison Saint Jean-Baptiste

video

> Le Père Grégoire Leroux présente la maison Saint Jean-Baptiste, propédeutique du diocèse de Versailles, dont il est actuellement le responsable


Voir les propositions du Service des Vocations de Versailles

Ordinations 2020

Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise