Groupe Quo Vadis - diocèse de Créteil

Quo vadis ou comment trouver son chemin ?

C'est le Père Joachim Nguyen qui a eu l’initiative du groupe Quo Vadis dont le but est de permettre à de jeunes chrétiens de prendre du temps pour s’interroger sur ce qui fait leur vie, sur leurs choix, sur leur avenir. Ils sont bien ancrés dans leur génération et se posent des questions sur ce que pourrait bien être leur vie dans les années qui viennent.
Leurs relations, leur foi, leur vocation fondamentale, le choix de l’état de vie qui sera le leur : tout cela est bien présent lors de leurs trois rencontres annuelles, de la récollection et du week-end de retraite qui sont au menu de leur petite équipe de partage accompagnée durant une année par le Père Joachim lui-même. Deux jeunes de « chez nous » bien ancrés dans leur génération, chercheurs de Dieu, chercheurs de leur chemin humain et spirituel pour aujourd’hui : Solène et François- Xavier nous font part de leur relecture de leur expérience d’un an comme participants du groupe Quo vadis ?

Adoration

Expérience riche et entière

À la première séance, le Père Joachim nous apprend la signification de « Quo Vadis  » c’est-à-dire : où vas-tu ? Exactement la question que je me posais quelques mois avant d’entrer à la Maison des Serviteurs de La Parole (MSP) et de bénéficier du parcours Quo Vadis, avec l’objectif principal d’y répondre !

Dans quel contexte y suis-je arrivée ?

Mars 2016, mon médecin m’arrête net. Mon corps a lâché face aux contraintes physiques de mon métier – je suis boulangère –. Mon patron, en colère, refuse de me laisser partir et supprime le quart de mon salaire. Je suis pétrie de douleurs, angoissée car je ne peux plus payer mon loyer, perdue car je ne peux plus exercer le métier que j’aime, triste car j’arrête une histoire amoureuse où on me faisait souffrir… bref, tout fiche le camp ! C’est là que je me suis posé profondément la question du sens de ma vie : pourquoi suis-je sur terre ? C’est dans ces moments de trouble intense que sont montées en moi une profonde sérénité et une confiance en l’avenir.
J’ai donc décidé de me rapprocher de Dieu, de lui consacrer plus de temps et, avec son aide, de discerner la mission qu’il avait pour moi : étais-je faite pour la vie religieuse ou la vie maritale ?
La forme de la proposition m’a beaucoup apporté. Au sein d’une expérience quotidienne à la MSP, ces temps ponctuels de partage me permettaient de me poser, de faire le point sur les dernières semaines, et d’avancer sur mes questions vocationnelles dans un autre cadre que la MSP.
La présence et donc les témoignages vivants des différentes vocations au sein de l’équipe ont été très importants : des prêtres, un diacre, une religieuse, un couple marié… ; en échangeant avec chacun, j’avais de quoi sentir vers où mon cœur tendait, vers où Dieu m’appelait.
Le fait d’être plusieurs à suivre ce parcours, avec chacun notre personnalité, notre parcours, notre vécu, nos questions, a été très enrichissant ; les questions ou les remarques des uns permettant d’enrichir les réflexions des autres.

Le fond du parcours est essentiel

La bienveillance et la disponibilité de l’équipe m’a permis de cheminer en toute confiance ; la retraite à Montmartre m’a particulièrement accompagnée dans mon intériorité spirituelle, près du Saint-Sacrement exposé. Il m’a permis de donner du temps à Dieu, de me mettre à son écoute, et ainsi a contribué à trouver des réponses à mes questions.
À ma question « Où vas-tu ? », Dieu a largement répondu, avec tout son amour et sa bienveillance ! J’ai non seulement compris que j’avais une mission au sein de mon travail – professeure de boulangerie – et que j’étais faite pour la vie maritale, mais il m’a également présenté l’homme de ma vie, Sullivan, un collègue de travail avec qui je partage désormais ma vie !
Ce que je retiens du parcours Quo Vadis ce sont les fruits récoltés lorsqu’on se met à l’écoute de Dieu ! Il nous parle à travers nos vies, les gens que l’on rencontre, les étapes que l’on franchit… mais aussi à travers la prière, seuls face à nous-même, seuls face à notre Père.
L’écouter c’est se rendre compte qu’il nous écoute ! Merci à tous les bénévoles qui construisent et proposent ce parcours ! Continuez !

Solène Zilioli

QUO VADIS

QUO VADIS ? (Où vas-tu, en latin)

C’est la phrase que dit Jésus à Pierre lors d’une apparition. Ce dernier fuyait Rome qu’il jugeait dangereuse pour les chrétiens. « Où aller » est une notion vaste dans une vie, et représente une problématique sérieuse pour un jeune aujourd’hui.
Lorsque l’on est confronté à une problématique ou un choix crucial, on a tendance à s’éloigner de ce problème ou de ce choix. Mais à l’image de ce qui est arrivé à Pierre, le Christ sait ramener à lui ses brebis égarées. Lorsque l’on est confronté à un problème de discernement on n’a pas forcément d’apparition, mais l’Église catholique met à notre disposition des outils afin de surmonter ce genre d’obstacle. L’un d’eux est le parcours Quo vadis. Il est destiné aux jeunes de 18 ans et plus. Il s’agit d’un parcours d’orientation de vie chrétienne. Il est composé de trois soirées à thème à la Maison des Serviteurs de la Parole, d’une journée de récollection et enfin d’un week-end de retraite afin de dresser un bilan de l’année et prendre une décision pour avancer sur les pas du Christ. Ce qui m’a marqué dans le fait d’avancer avec lui est qu’il existe différentes manières de le faire mais ce qui les relie c’est d’être dans une démarche de foi. Nous n’avons pas forcément le temps quand on est jeune de faire une relecture de sa vie et de pouvoir partager sans être jugé son expérience personnelle en tant que chrétien dans un groupe. Quo vadis est donc une chance de ce point de vue. La première fois que j’y suis allé en septembre 2016, j’ai tout de suite été saisi par cette ambiance chaleureuse et conviviale.
J’avais l’impression d’être en famille alors que je ne connaissais pas tous les participants au départ. Une soirée type, c’est tout d’abord un repas partagé suivi de l’étude d’un thème pouvant s’insérer dans notre vie quotidienne. Pour cela nous avons des supports documentaires de qualité qui nous aident à cerner tout de suite les problématiques qu’impliquent un sujet tabou tel que la sexualité ou la contraception. Après le temps d’étude vient le temps du débat où chacun peut donner son point de vue sur la question dans le respect de l’autre. J’ai d’ailleurs trouvé que, malgré les opinions divergentes sur certains sujets, il y avait une écoute mutuelle. La soirée peut être agrémentée de témoignages très enrichissants. Du fait de la présence de personnes telles que des prêtres, des diacres ou des religieuses et des laïcs. L’aspect réflexif du parcours Quo vadis a pris une dimension concrète. C’est d’ailleurs cela qui m’a conduit à donner une dimension concrète à mon cheminement au cours de l’année. J’encourage donc tout jeune de 18 ans ou plus, s’interrogeant sur sa vie, à participer à ce processus pour prendre des décisions concrètes et être dans le vrai.

François-Xavier


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.