Découvrir l'Œuvre des Vocations

Découvrir l’Œuvre des Vocations

L’Œuvre des Vocations est au service des 8 diocèses de l’Église Catholique en Ile de France : Paris , Nanterre, Versailles, Meaux, Créteil, Saint-Denis, Pontoise et Evry.

Quelle est sa mission ?

Séminaristes

  • Financer la formation des séminaristes : il y a plus de 200 séminaristes dans les 8 diocèses.
  • Assurer le soutien de la pastorale des vocations masculines et féminines sous la responsabilité de chaque diocèse, avec la présence dans chacun d’eux, d’un prêtre responsable du Service des vocations et d’un prêtre responsable de l’accompagnement des séminaristes. Deux religieuses assurent le soutien religieux pour les vocations féminines.
  • Publier le magazine Vocations au service de toutes les vocations de l’Église, plus particulièrement les vocations consacrées. Cette revue diffusée 3 fois par an propose dans chaque numéro un dossier sur une manière de répondre à l’appel de Dieu de façon concrète et une grande interview qui peut permettre de trouver son propre chemin et la force pour y engager sa vie.

Comment sont formés les séminaristes ?

Issy les Moulineaux


Les séminaristes sont envoyés dans différents séminaires.

Le choix est fait par l’évêque en fonction de l’histoire personnelle du séminariste et de son attente spirituelle, par exemple au Séminaire St Sulpice d’Issy-les-Moulineaux, au Séminaire des Carmes à Paris, au Séminaire diocésain de Paris ou au séminaire diocésain de Versailles.

Dans ces 3 séminaires sont aussi reçus des jeunes venant de l’étranger ou d’autres régions de France.



La formation des séminaristes dure 7 ans :

séminaristes


  • Une année de fondation spirituelle à Paris (Maison St Augustin) à Nanterre (Maison Madeleine Delbrêl) ou à Versailles (maison St Jean-Baptiste),

  • 6 années de séminaire partagées entre études théologiques et formation en paroisse (catéchèse, groupe de préparation au baptême, etc.).
    Les études ont lieu soit au Séminaire, soit à l’Institut Catholique de Paris, soit à l’Ecole Cathédrale au Collège des Bernardins.


séminariste



Combien coûte la formation d'un séminariste ? 


La formation d’un futur prêtre revient à 25.000 € par an, soit 476 € par semaine ou 68 € par jour.
Ce coût comprend à la fois l’hébergement et la nourriture, les frais d’études, une indemnité pour les dépenses personnelles (livres, vêtements), la protection sociale, les frais de pèlerinage et de retraite, et l’entretien des bâtiments dédiés aux séminaristes.


Ce que coûte un séminariste

cout

Comment aider l’Œuvre des vocations ?

séminariste

L’Œuvre des Vocations compte sur l’aide de chacun pour financer la formation des futurs prêtres. L’enjeu et les besoins sont tels que tous les dons ou legs, quelle que soit leur valeur, même très modeste, sont importants.

« Les séminaristes ne sont pas dans une structure de luxe mais dans une structure de services où ils prennent en charge la vie ordinaire d’une maison, comme dans une famille. Je compte sur votre soutien et vous remercie de tout cœur pour votre fidélité ! Soyez assuré des prières de nos séminaristes et des miennes pour chaque donateur de l’Œuvre des Vocations. »

Mgr Beau, Directeur de l’Œuvre des Vocations


Faire un don à l'Œuvre des Vocations

Parole d'Evêque

Monseigneur Jérôme Beau

Depuis 1644, l’OEuvre des Vocations, fondée sous le nom de « bourse cléricale », est au service de la formation des futurs prêtres diocésains. Créée au XVIIe siècle à la suite de Monsieur Bourdoise, Monsieur Olier, saint Vincent de Paul, elle a toujours suscité le soutien des fidèles pour que l’Église puisse accueillir les vocations que Dieu donne.
Trois cent soixante-quatorze ans plus tard, elle finance la formation de plus de 200 séminaristes, futurs prêtres de nos diocèses d’Île-de-France.
Pour un séminariste, se sentir soutenu par la prière et le don du peuple de Dieu de son diocèse lui donne la force d’avancer et la perception de la responsabilité du prêtre qu’il va devenir.
Sa formation est un chemin exigeant à suivre : apprendre à mettre ses pas dans ceux du Christ pour le donner à voir dans son ministère, collaborer avec tous pour servir l’unité du Corps du Christ, servir la charité de Notre Dieu pour que chacun puisse percevoir l’Amour inconditionnel du Seigneur.
Le Bon Pasteur est Celui qui donne sa vie pour ses amis. En passant du temps dans des communautés de l’Arche, par la vie fraternelle en maison de formation, en exerçant quelques missions avec des laïcs en paroisse ou aumônerie, le séminariste apprend à agir à l’image du Bon Pasteur. Ce chemin nécessite le retrait, l’étude de l’Écriture Sainte, de la philosophie, de l’histoire, etc. afin de lui permettre de devenir vraiment lui-même en acquérant la liberté intérieure qui lui permettra de dire « Oui » de tout son coeur.
C’est une grande joie pour tous ceux qui collaborent à l’OEuvre des Vocations d’être au service de ce « Oui » au Seigneur. Cette joie est aussi la vôtre. C’est grâce à vous que les séminaristes peuvent recevoir une formation de qualité. Leur joie est celle de pouvoir servir le Christ en se donnant à l’Église pour le service du peuple de Dieu et de tous les hommes.

Mgr Beau, Directeur de l’Œuvre des Vocations


audio

Mgr Jérôme Beau, Evêque auxiliaire de Paris et Directeur de l’Oeuvre des Vocations (extrait d'une émission sur Radio Notre Dame).

Faire un don à l'Œuvre des Vocations


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.