logo facebook

×

Annonce

Folder doesn't exist or doesn't contain any images

Ordinations sacerdotales à Versailles - 28 juin 2020

ordinations à Versailles

Pour le service de l’Église,
par le don de l’Esprit-Saint et l’imposition des mains,
Mgr Eric Aumônier, Evêque de Versailles
a ordonné prêtres

Pierre Bouquin
Gaël Jacob
René Kabisu Musombolo, cjm
Arnaud de Lamberterie
Gautier Picard Destelan
Grégoire Sabatié-Garat

Le 28 juin 2020 en la Cathédrale St Louis à Versailles

Feuilletez le livret de la célébration !

Album photos



Portraits des ordinands


Pierre Bouquin

Pierre Bouquin


C’est à 11 ans que Dieu m’a saisi le cœur.

Bien sûr je devais déjà ma foi à l’amour de mes parents. Mais à 11 ans, je l’ai reçue comme plus personnellement et plus en profondeur : ma vie prendrait son sens en étant une réponse d’amour à l’amour de Dieu pour moi.

La forme que prit pour moi cette réponse fut le désir de la vie consacrée pour être signe de cet amour. Ce désir d’enfant m’a porté, est demeuré, a mûri, en famille, à travers le scoutisme, les servants d’autel, l’aumônerie, les études, les amitiés, les relations aux prêtres qui m’ont accompagné.

Ce beau jour n’est qu’une étape d’épanouissement de ce désir. Il a besoin de votre prière pour brûler plus intimement de l’amour du Christ pour tous les hommes.

Gaël Jacob

Gaël Jacob


J’ai passé mon enfance à Neauphle-le-Château, où ma famille habite toujours. C’est là que j’ai été élevé dans la foi de l’Église et que j’ai appris à aimer Jésus.

À partir du lycée et au long de mes études de commerce, le Christ a progressivement fait naître en moi le désir de le suivre d’une manière radicale en devenant prêtre.

C’est ensuite, au cours du séminaire, que j’ai découvert que cet amour personnel du Christ appelait de moi une réponse qui concerne toute l’Église.

J’ai donc appris à me mettre au service du peuple de Dieu et des plus pauvres au travers des différentes missions que l’on m’a confiées : catéchisme, secours catholique, soutien scolaire, etc.

Cette dernière année, j’ai été envoyé dans la paroisse de Mantes-la-Jolie. Au contact quotidien des fidèles, j’ai approfondi mon désir de suivre le Christ en servant son peuple dans notre diocèse, et c’est avec une joie immense que je m’apprête à recevoir la charge de pasteur !

René Kabisu Musombolo

René Kabisu Musombolo


Je suis diacre de la Congrégation de Jésus et Marie (Pères Eudistes). Issu d’une famille catholique, mes parents m’ont aidé à grandir dans la foi de l’Église. Dès l’enfance, j’étais engagé dans les différents groupes de ma paroisse, notamment les servants de messe, la chorale, les jeunes de lumière. Cet environnement a sans doute suscité en moi le désir de devenir prêtre à l’image de notre curé à l’époque. Mais à ce moment-là, mes pensées et motivations étaient peu claires.

Au lycée, je me suis rendu compte que ce désir de servir dans l’Eglise comme prêtre ne faisait que grandir en moi. Ainsi, j’en ai parlé à mes parents. Ma mère était d’accord ; en revanche mon père m’a conseillé de poursuivre d’abord les études à l’Université, le temps de discerner et de mûrir ma décision. A la fin de mes 5 ans d’études de philosophie à l’Université Catholique du Congo, une question me taraudait : pourquoi la guerre dans mon pays avec son lot de victimes innocentes ne suscitait pas autant d’indignation dans le monde ? Pourquoi les différentes résolutions du conseil de sécurité de l’ONU sur le pillage du Congo ne sont jamais suivies d’effet ?

Pendant ces années, même si le désir de servir dans l’Église comme prêtre ne me quittait pas, je dois avouer que l’impulsion fondamentale de ma pensée portait la trace de l’inquiétude qu’inspirait l’instabilité politique dans mon pays, en provoquant l’une des tragédies humaines les plus révoltantes et les plus scandaleuses depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Je me sentais interpellé au plus profond de ma conscience par cette situation indigne et injuste dont sont encore victimes les congolais aujourd’hui. C’est pourquoi, je me suis engagé à entreprendre des recherches approfondies, pour bien cerner les véritables origines de cette crise.

Cependant, je ne pouvais pas réaliser un tel projet à l’intérieur de mon pays ; le système politique mis en place n’étant pas favorable à la réflexion critique. C’est pourquoi, je suis parti en Italie pour poursuivre le doctorat en philosophie et mener à terme ce projet. C’est alors que j’ai connu la Congrégation des pères Eudistes. Les différents entretiens que j’ai eu avec le Père Luc Crepy à Rome m’ont aidé à connaître davantage la Congrégation. Ainsi, après avoir réalisé que le charisme et le style de vie des Eudistes rejoignaient bien mes aspirations et mon idéal vocationnel, j’ai fait ma demande d’entrée en formation chez les Eudistes. Après un parcours de formation de sept ans, j’ai été appelé à l’incorporation dans la Congrégation le 10 juillet 2019 et ordonné diacre le 28 septembre de la même année.

L’appartenance totale au Christ, renforcée et rendue manifeste de façon appropriée par l’ordination diaconale m’a permis de découvrir avec joie l’importance et la place du ministre ordonné au sein d’une communauté chrétienne. En exerçant le ministère de la prédication de la Parole de Dieu pendant la célébration de l’Eucharistie, des baptêmes et des obsèques, j’ai participé à la fonction prophétique de l’Eglise, celle d’établir le dialogue entre Dieu et son peuple. En plus, conscient que le royaume de Dieu inauguré dans l’agir de Jésus n’est pas sans portée sociale pratique, j’ai eu la joie de vivre le ministère diaconal en participant à la pastorale des migrants et des réfugiés. C’est pour moi une manière de témoigner l’amour et la miséricorde de Dieu en étant à l’écoute et au service de nos frères en difficulté. Tout ceci m’a aidé à discerner et mûrir, dans la prière, ma décision de continuer la mission du Christ au sein de l’Eglise en tant que prêtre et missionnaire eudiste.

En somme, l’appel au ministère presbytéral est un mystère dont seul Dieu connaît le secret. Il est un processus de vie qui nous situe dans une réalité plus vaste. Sur ce chemin qui me conduit peu à peu à l’ordination sacerdotale pour servir dans l’Église, je me suis laissé éclairer par saint Jean Eudes pour découvrir en Jésus l’incarnation de la miséricorde de Dieu.

Je termine ce témoignage en me tournant vers la Vierge Marie et en lui confiant mon futur ministère. Que dans son Cœur admirable, elle m’apprenne à découvrir le Cœur de son Fils Jésus, fournaise d’amour et source de la miséricorde infinie de Dieu pour être un bon pasteur selon le Cœur de Dieu.

Arnaud de Lamberterie

Arnaud de Lamberterie


« Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28,20).

En devenant prêtre, je réponds à un appel que le Seigneur a mis dans mon cœur au début de mes études d’architecture, alors que je découvrais la grâce de la prière personnelle. Répondre à cet appel a été une longue reconnaissance de la présence discrète du Seigneur tout au long de ma vie, lui qui a patiemment guidé mes pas, au travers d’une famille chrétienne, par les sacrements, par de nombreux engagements dans le scoutisme, en paroisse, dans des groupes de prière, …

Les années de séminaire m’ont fait comprendre peu à peu combien ce choix étonnant de Dieu était avant tout un appel à m’abandonner à son action en ma vie, pour qu’il puisse se rendre lui-même présent au monde par de pauvres serviteurs !

Gautier Picard Destelan

Gautier Picard Destelan


« En vérité, le Seigneur était là et je ne le savais pas ! »

Je fais aisément mien ce cri de Jacob : dans la famille pleine de foi qui m’a vu naître, le Seigneur était déjà là, tout comme dans les amis fidèles dont il m’a entouré ; dans les frères de séminaire et dans les paroissiens ; dans ses Écritures et dans ses sacrements ; dans les épreuves et dans les joies. L’amour du Christ et de l’Église, que l’ordination vient consacrer, était déjà là, répandu dans mon cœur presque à mon insu.

Qu’ai-je eu à faire, sinon à reconnaître et à confesser, dans ce murmure constant et prévenant, un appel du Seigneur, un appel qui m’attirait vers le sacerdoce ?

En ce jour, tant de ceux qui ont été la voix du Seigneur au long de ces années sont absents. Mais la voix du Seigneur résonne toujours dans son Église : le Christ est là qui nous appelle inlassablement à la joie du Royaume ! « Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté ! »

Grégoire Sabatié-Garat

Grégoire Sabatié-Garat


« Le sacerdoce, c’est l’amour du cœur de Jésus », disait le saint Curé d’Ars.

Devenir aujourd’hui signe et instrument de cet amour du Christ me remplit de joie et de gratitude. Durant ces 3 derniers mois, j’ai mieux compris combien la vie de l’Eglise jaillit tout entière du don de l’Eucharistie et combien la vie du prêtre est suspendue à ce désir du Christ de servir, enseigner, nourrir, pardonner, aimer et sanctifier tous ceux qui lui sont confiés.

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mt 10,8). J’ai beaucoup reçu de l’Eglise, par notre diocèse avant d’entrer au Séminaire (paroisse d’Orgeval, scoutisme et aumônerie) et durant ma formation à Chatou, dans les paroisses de Rambouillet et de St-Germain-en-Laye, mais aussi par d’autres expériences ecclésiales très riches à Paris et Cergy pendant mon Ecole de commerce, au Tchad, au Brésil et à Rome.

Priez pour que je puisse devenir un bon prêtre, à l’image du Christ Bon Pasteur !

 

Pour comprendre la cérémonie des ordinations

Pour les familles et amis des ordinands qui souhaiteraient se préparer à bien vivre la cérémonie et comprendre le sens des différents rites, vous trouverez ici un commentaire du déroulement des ordinations sacerdotales.


A lire, à voir, à écouter...

Comment se déroule une ordination sacerdotale ? Photos et grands moments

> Ordinations sacerdotales : "Me voici, envoie-moi"
Mgr Jérôme Beau, ancien évêque auxiliaire de Paris et ancien directeur de l‘Œuvre des Vocations

> L'appel à devenir prêtre

> Prêtre diocésain à Versailles


Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise