logo facebook


Mardi 4 décembre : saint François d’Assise, l’inventeur

Retraite d'Avent avec le Père Vincent Thiallier

Voir toutes les méditations

Parmi les santons, on peut trouver saint François d’Assise. Il occupe une place singulière dans la crèche puisqu’il en fut l’inventeur : Alors que s’approchait la fête de Noël de 1223, les récits rapportent que saint François reconstitua la scène de la Nativité dans une grotte proche de la petite ville de Greccio. Les villageois tenaient la place des personnages de l’évangile. C’est à cette nuit de noël qu’on fait remonter l’usage des crèches dans les églises et les maisons.

Au-delà de l’anecdote, il convient de situer cet événement dans l’ensemble de la vie du saint, marquée par sa rencontre personnelle du Christ. Le jeune homme d’Assise, à l’imaginaire chevaleresque avait d’abord vécu l’épreuve de la maladie dans sa propre chair. À partir de là, il s’est attaché au Seigneur plus qu’à ses rêves héroïques. Dans la petite chapelle Saint-Damien, le Seigneur s’est adressé personnellement à lui à travers l’image du crucifié. Le fondement de la vocation du saint, c’est la rencontre de Dieu fait homme. Par la mise en scène de la crèche, il veut permettre à tous de faire cette expérience de la proximité de Dieu en Jésus. Toute la vie du saint d’Assise est profondément évangélique, configurée au Christ, jusqu’à la stigmatisation sur le mont Averne.

Au début de sa lettre aux Colossiens, saint Paul formule cette prière : « Nous demandons à Dieu de vous combler de la pleine connaissance de sa volonté, en toute intelligence spirituelle. Ainsi votre conduite sera digne du Seigneur, et capable de lui plaire en toute chose ; par tout le bien que vous ferez, vous porterez du fruit et vous progresserez dans la vraie connaissance de Dieu. Vous serez fortifiés en tout par la puissance de sa gloire, qui vous donnera toute persévérance et patience » (Colossiens 1, 9-10). Cette prière de l’Apôtre s’est parfaitement réalisée en saint François, puisse-t-elle se réaliser aujourd’hui dans tous ceux qui se préparent à célébrer l’avènement du Seigneur.


Photo : © Diocèse de Paris

Musique : Stille Nacht, heilige Nacht (Douce nuit, sainte nuit) composé par Franz Xaver Gruber (paroles de Joseph Mohr), interprété par Ernestine Schumann-Heink (1861-1936). Source : Wikimedia Commons.

 



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.