logo facebook


Mercredi 5 décembre : le ravi, ou la grâce de l’émerveillement

Retraite d'Avent avec le Père Vincent Thiallier

Voir toutes les méditations

Parmi les santons, les crèches provençales ont perpétué le personnage du « ravi ». Dans les pastorales, il apparaît comme le simple d’esprit, disons même l’idiot du village, qui s’émerveille un peu naïvement des évènements prodigieux de la nuit de Noël. Cependant, cette capacité d’émerveillement le rapproche des « petits » que Jésus honore dans sa prière : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. […] Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! » (Luc 10, 21.23). Représenté debout, les bras largement ouverts vers le ciel, le ravi évoque les représentations d’orants, qui remontent aux débuts du christianisme.

La sainteté du Ravi repose uniquement sur sa capacité d’étonnement. Deux attitudes s’y opposent : celle des blasés, qui pensent avoir déjà tout vu, et celle des inquiets qui appréhendent l’inconnu. Les premiers sont ceux qui, s’appuyant sur leur science, ne peuvent saisir la nouveauté radicale de l’intervention divine Les seconds réagissent avec angoisse, parce que cette intervention ne correspond jamais tout à fait à leur pronostics. La connaissance qui aboutit à de tels résultats est vaine, car elle renferme sur soi. La contemplation divine suppose d’abord la capacité d’accueillir ce que Dieu transmet, comme des petits qui reconnaissent et s’émerveillent devant la grandeur de ce qui leur est accordé.

Que le « Ravi de la crèche » nous conduise à nous émerveiller devant l’événement prodigieux de la nuit de Noël, et aussi devant chaque intervention de Dieu dans une vie, qui ne se déroule jamais tout à fait selon nos plans.


Photo : © Diocèse de Paris

Musique : Stille Nacht, heilige Nacht (Douce nuit, sainte nuit) composé par Franz Xaver Gruber (paroles de Joseph Mohr), interprété par Ernestine Schumann-Heink (1861-1936). Source : Wikimedia Commons.

 



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.