logo facebook


Jeudi 20 décembre : le bœuf, figure de la vocation contemplative

Retraite d'Avent avec le Père Vincent Thiallier

Voir toutes les méditations

Si les évangiles n’évoquent nullement la présence du bœuf et de l’âne, le prophète Isaïe place ces deux animaux au début de son livre prophétique : « Cieux écoutez, terre prête l’oreille, car le Seigneur a parlé. J’ai fait grandir des enfants, je les ai élevés, mais ils se sont révoltés contre moi. Le bœuf connaît son propriétaire, et l’âne, la crèche de son maître. Israël ne connaît pas, mon peuple ne comprend pas » (Isaïe 1, 2-3). Au moment de dévoiler au peuple combien il s’est détourné de son Dieu, le prophète en appelle au bœuf et à l’âne comme symbole de fidélité envers leur maître.

En les plaçant auprès de l’enfant Jésus, nous voulons les imiter et reconnaître en lui le seul maître à qui nous soumettre.

Le poète Jules Supervielle (1884-1960) est l’auteur d’un conte, Le bœuf et l’âne à la crèche (1931) dans lequel il invite à contempler les évènements de la nuit de Noël à travers le regard de l’âne et du bœuf. Le bœuf, un peu bourru, est dérangé par l’arrivée de Marie et Joseph dans son étable. Mais il est bouleversé par la contemplation de la mère puis de l’enfant. Il ne cesse de se préoccuper de leur bien- être tout en s’étonnant qu’une créature aussi insignifiante que lui soit le protagoniste d’évènements si prodigieux. Il apparaît comme le modèle du contemplatif, témoin des merveilles de Dieu tout en étant conscient de son indignité. A la fin du conte, lorsque la sainte famille quitte l’étable, le bœuf demeure seul. Dieu s’est approché de lui et cela seul suffit à le combler.

En installant le bœuf auprès de la mangeoire, demandons la grâce d’être nous aussi les témoins silencieux, maladroits mais émerveillés du prodige de la venue de Dieu. Confions-lui la prière des moines et moniales, religieux et religieuses qui consacrent leur vie à la contemplation des mystères de Dieu.


Photo : © Diocèse de Paris

Musique : "This Endris Night". Chant anglais du 15ème siècle. Interprétation : Choeur U.S. Army Band "Pershing's Own". Source : Wikimedia Common

 



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.