logo facebook


Lundi 9 décembre : La joie de la rencontre : deux enfants

la joie de la rencontres : deux enfants

"Entrer dans l'Avent avec Marie"

Retraite en ligne avec les Petites Sœurs des Maternités Catholiques proposée par l’Œuvre des Vocations



Dans cette seconde méditation sur le mystère de la Visitation (Lc 1, 39-45), nous allons contempler la rencontre de deux enfants qui sont encore dans le sein de leurs mères.

Il advint, dès qu’Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l’enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie d’Esprit Saint. Alors elle poussa un grand cri et dit : « Bénie es-tu entre les femmes, et béni le fruit de ton sein ! Et comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ? (Lc 1, 41-43)      
Elisabeth va qualifier ce tressaillement de son enfant ; à 6 mois, une mère sent son enfant bouger. Mais ce n’est pas cela qui s’est produit ; elle sait que son enfant n’a pas seulement bougé, elle sait qu’il a tressailli d’allégresse.    
Jean Baptiste est le précurseur, celui qui prépare les chemins du Seigneur, qui annonce et révèle la présence du Messie. Et c’est sa joie, comme il le dira lui-même plus tard en affirmant qu’il n’est pas le Christ mais qu’il est envoyé devant lui : Qui a l’épouse est l’époux ; mais l’ami de l’époux qui se tient là et qui l’entend, est ravi de joie à la voix de l’époux. Telle est ma joie et elle est complète. (Jn 3, 27-30) Mystère de la joie de cet enfant dans le sein de sa mère qui reconnaît cet autre enfant dans le sein de Marie comme l’Epoux qui vient.

Elisabeth, sa mère est la première à qui Jean Baptiste annonce la présence du Messie. Sa mission de précurseur commence dès le sein de sa mère ; il en est à 6 mois de vie intra-utérine quand il reconnaît le Messie qui, lui, en est encore au stade embryonnaire.

Car le Verbe s’est fait chair en acceptant de passer par toutes les étapes de la vie humaine qui commence dès la conception, les sanctifiant et leur donnant leur plein sens. Ainsi, nous ne pouvons mépriser aucune étape de notre vie ni de celle des autres.
C’est le moment de chanter avec le psalmiste : (Ps139, 13-16)

C’est toi qui m’as formé les reins,
qui m’as tissé au ventre de ma mère ;
je te rends grâce pour tant de prodiges :
merveille que je suis, merveille que tes œuvres.
Mon âme, tu la connaissais bien,
mes os n’étaient point cachés de toi,
quand je fus façonné dans le secret,
brodé au profond de la terre.
Mon embryon, tes yeux le voyaient.

Images : © les Petites Sœurs des Maternités Catholiques / www.culturechretienne.fr-vitrail visitation-Cathédrale St Maclou de Pontoise
Musique : © Glorious - Ave Maria

 

Voir toutes les méditations



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise