logo facebook

×

Avertissement

Joomla\CMS\Cache\Storage\FileStorage::_deleteFolder JFolder::delete : impossible de supprimer le répertoire. Chemin : /home/bexxxpu/sites/jml_prod/web/cache/page

Vendredi 25 décembre : Le miracle du cierge

Le miracle du cierge

"Veiller avec Sainte Geneviève dans l’attente de Noël"

Retraite en ligne avec le Père Vincent Thiallier proposée par l’Œuvre des Vocations


 

Quatrième semaine : la lampe qui brûle dans la nuit

Le miracle du cierge

Alors que nous approchons du jour de la Nativité, sainte Geneviève continue de nous accompagner pour avancer avec confiance jusqu’au Seigneur.

C’est une statue du XIIIe siècle que nous regardons. Elle ornait autrefois le portail de l’église Sainte-Geneviève, dans l’abbaye du même nom à Paris. C’est devant elle que passaient les pèlerins qui venaient vénérer ses reliques pendant des siècles. Préservée, cette statue, bien qu’endommagée, est conservée au musée du Louvre. Geneviève est debout sous un dais d’architecture, foulant au pied un dragon en partie cassé. Vêtue d’une tunique longue maintenue à la taille par une cordelière et d’un manteau, elle porte le voile de sa consécration. Autour de son cou, la médaille que lui avait remis l’évêque saint Germain.

Elle tient à la main un livre de prières fermé. L’autre main, poing fermé garde la trace d’une cassure. Elle tenait un cierge. Sur ses épaules deux petits personnages. A sa droite, un ange se penche. À sa gauche, la figure cassée a perdu sa tête, mais on devine un mouvement symétrique à l’ange. Il s’agit d’un démon qui tenait un soufflet pour éteindre le cierge.

Cet épisode, souvent représenté pendant le Moyen-Âge, se réfère à un passage de sa vie. Alors qu’elle se rendait sur le tombeau de saint Denis avec ses compagnes avant le jour, les cierges qu’elles tenaient se sont éteints, provoquant une certaine frayeur. Geneviève se saisit de l’un d’eux qui se ralluma tout seul et suffit à rassurer le groupe jusqu’à l’arrivée à la basilique (Vita 22). En ajoutant le diable et l’ange, les représentations interprètent ce signe comme un combat entre les puissances des ténèbres et celles de la lumière. Loin d’être anecdotique, c’est l’enjeu même de la venue du Seigneur, telle que saint Jean la rapporte dans le Prologue de son Évangile :

« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. […] En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. […] Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu » (Jean 1, 1.4-5.9-10).

Le Verbe de Dieu, le Christ, est la lumière véritable qui éclaire le monde. Mais sa venue entraîne un combat entre la lumière et les ténèbres, qui est aussi une image de notre propre conversion, il nous faut sans cesse choisir la lumière, à la fois dans la fidélité à la prière et les choix de notre vie quotidienne. Que sainte Geneviève nous accompagne et qu’elle nous conduise jusqu’à la lumière véritable, le Seigneur Jésus.

Statue de Sainte Geneviève

 

Musique : La Maîtrise de Radio France chante Britten, "A Ceremony of Carols"
Illustration : Anonyme, Statue de Sainte Geneviève, 1er quart du XIIIe siècle. Provient du portail central de l'église abbatiale de Sainte-Geneviève à Paris. Pierre calcaire, traces de polychromie. Musée du Louvre

 

Voir toutes les méditations



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise