logo facebook


 

Quatrième semaine : Les artisans de paix

Devenir fil(le)s de Dieu

« Heureux les artisans de paix, ils seront appelés Fils de Dieu » (Matthieu 5, 9).

 

Au début de l’évangile selon saint Matthieu, le discours inaugural de Jésus s’ouvre par le texte des béatitudes. C’est à la fois une introduction aux enseignement de Jésus et un engagement à agir pour les chrétiens qui reçoivent cet évangile. Le peintre Maurice Denis (1870-1943) a illustré à plusieurs reprises les huit béatitudes de saint Matthieu. Nous avons sous les yeux une fresque de l’église Saint-Louis de Vincennes, où il travailla de 1923 à 1927. Comme il l’a déjà fait auparavant, il établit un lien entre chaque béatitude et un passage de l’évangile ou la vie d’un saint. Cependant ici il a simplifié le sujet à l’extrême, au risque d’en rendre l’interprétation difficile. La septième béatitude promet la filiation divine aux artisans de paix. La scène évoque l’entrée de Jésus à Jérusalem par la représentation de l’âne et du rameau. L’âne est une monture royale, mais contrairement au cheval, monture de guerre, il est le signe d’un roi pacifique, ainsi que l’exprime le prophète Zacharie : « Voici ton roi qui s’avance vers toi, il est juste et victorieux, humble monté sur un âne, sur un ânon tout jeune, il brisera l’arc de guerre et il proclamera la paix pour les nations » (9, 9-10). Le dimanche des rameaux, Jésus apparaît donc comme ce roi pacifique annoncé par le prophète. Mais sur la fresque, Jésus est remplacé par un ange au-dessus des nuées. Le peintre, dans les autres représentations du même sujet, à Limoges ou à Saint-Germain en Laye, avait associé à l’ange une foule de personnages illustrant tous les états de vie, comme signe de la diversité des engagements. Si nous accueillons Jésus comme prince de la paix, alors, nous devons à sa suite être artisan de paix, c’est-à-dire apaiser les conflits autour de nous, afin d’être vraiment Fils et Fille de Dieu dans le Fils unique. En ces derniers jours avant la fête de Noël, demandons au Seigneur, qu’à sa suite, par nos paroles et nos actes, nous sachions apaiser les tensions et les violences qui se déploient

 

Musique : The Quiet Heart, The King's Singers (Choral Essays)
Illustration : Maurice Denis (1870-1943), Les Béatitudes, beati pacifici (1921), fresque, église Saint-Louis de Vincennes.

 

Voir toutes les méditations



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise