logo facebook

×

Avertissement

Joomla\CMS\Cache\Storage\FileStorage::_deleteFolder JFolder::delete : impossible de supprimer le répertoire. Chemin : /home/bexxxpu/sites/jml_prod/web/cache/page

Vendredi 26 février : La joie véritable

enfant souriant

"En chemin pour se convertir à la fraternité et à la joie du Christ avec Saint François d’Assise"

Retraite de carême avec Mgr Denis Jachiet


Le jeune François d’avant la conversion était un jeune homme plein d’entrain. Il entraînait toute une bande de compagnons capables de faire la fête dans les rues d’Assise. François était considéré comme une sorte de fou chantant capable d’entraîner les autres dans la fête, le rire, et la joie. Mais ce naturel de François d’Assise ne dit pas la vérité de la joie qui l’a habité au long de son existence. Il a pourtant connu bien des épreuves et des souffrances intenses depuis les geôles de Pérouse où il a été enfermé pendant un an jusqu’à l’ophtalmie qui l’a rendu presque aveugle, le paludisme, et bien d’autres souffrances dans son corps.

La joie profonde qui a habité François tout au long de sa vie vient de son expérience gratuite de Dieu, de pouvoir l’appeler Père avec la confiance d’un petit enfant, et de vivre des trésors du message de l’Evangile.

Ecoutons comment l’écrivain et académicien François Scheng, membre du tiers ordre franciscain parle de la joie : « Ni contentement, ni satisfaction, différente de l’euphorie ou même de la jubilation, la joie véritable n’est pas de l’ordre de l’avoir assoiffé, elle est transfiguration de l’être. Elle arrache l’homme aux contingences, le hisse au-dessus de lui-même et ouvre devant lui la voie qui mène à la vraie vie. Cela suppose que nous soyons auparavant passés par l’épreuve, la privation, la dépossession,  par une sorte de mourir à soi. »

Ce sont précisément les épreuves qui, dans la vie de François, l’ont conduit à approfondir la découverte de cette joie. La joie comme don de Dieu à travers les évènements de la vie qui nous désapproprient de nous-même pour nous replacer dans une relation nouvelle au Père. Voici ce qu’il écrit dans la règle des Franciscains :

« N’ayons donc d’autre désir, d’autre volonté, d’autre plaisir et d’autre joie que notre Créateur, Rédempteur, et Sauveur, le seul vrai Dieu qui est le bien plénier, entier,  total, vrai et souverain, qui seul est bon, miséricordieux et aimable, suave et doux. »

Mais la joie peut-elle être décrétée par une règle ? Bien sûr que non. La règle peut par contre nous montrer l’origine de cette joie authentique. Cette joie s’enracine dans la conscience toujours plus grande de se savoir aimé infiniment de Dieu et que cela seul suffit.

 

Voir toutes les méditations

 

Copyright Musique :

Aimons le Seigneur de tout notre coeur
Compositeur : André Gouzes, Abbaye de Sylvanès
Album Saint François et Sainte Claire - Lumières d'Assise
Interprète : ensemble vocal Capella Sylvanensis

 



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise