logo facebook


Mercredi 24 mars : Emerveillons-nous de la venue du Christ dans l’humilité et la pauvreté

Noël à Greccio

"En chemin pour se convertir à la fraternité et à la joie du Christ avec Saint François d’Assise"

Retraite de carême avec Mgr Denis Jachiet


Aujourd’hui, nous célébrons la grande fête de l’Annonciation du Seigneur. Que fêtons-nous ? L’apparition d’un ange ? La prophétie de la conception virginale de la Vierge Marie ? Bien  plus encore. C’est un double évènement que nous célébrons aujourd’hui. Le consentement de la Vierge Marie à la Parole qui lui est dite et l’incarnation du Verbe éternel en son sein. « En entrant dans le monde, dit l’épitre aux Hébreux, le Christ dit : « Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande mais tu m’as formé un corps alors j’ai dit : ‘Me voici, je suis venu mon Dieu pour faire ta volonté’. » ». En se faisant l’un de nous, le Fils de Dieu transforme notre condition humaine et l’ouvre sur l’éternité. Ne regardons pas ce mystère avec le cœur froid et habitué mais entrons dans l’émerveillement.

Saint François d’Assise était saisi devant le mystère de l’Incarnation, le Fils de Dieu prenant notre condition humaine et il voulait nous le faire contempler avec l’émerveillement d’un enfant. En 1223, à l’approche de la fête de Noël, François appelle Jean Seigneur de Greccio pour qu’il puisse célébrer la fête chez lui  et il lui dit : « Je veux évoquer le souvenir de l’enfant qui naquit à Bethléem. Je veux le voir de mes yeux de chair tel qu’il était dans une mangeoire et dormant sur le foin entre un bœuf et un âne. »

Tout fut préparé comme François l’avait demandé. Greccio était devenu un nouveau Bethléem. Les frères assemblés chantaient les louanges du Seigneur. Les bois alentour retentissaient de leur chant. Durant toute la veillée, François se tenait debout devant la crèche, le visage transfiguré par une joie indicible comme s’il voyait réellement l’enfant. Puis on a célébré la messe sur la mangeoire comme un autel et Saint François, en qualité de diacre, a chanté l’Evangile de la Nativité de sa voix claire. Ensuite, s’adressant au peuple, il les invitait à s’émerveiller de l’évènement de la Nativité. Et il disait notamment : « En ce jour de Noël, tous les pauvres devraient être invités par les riches à un repas plantureux. Je voudrais aussi par respect pour le Fils de Dieu, qu’en cette grande nuit où la bienheureuse Vierge Marie le coucha dans la crèche entre le bœuf et l’âne, on donna à nos frères les bœufs et les ânes un abondant picotin ! »

Ce soir-là, il n’y eut pas de bébé déposé dans la mangeoire mais le corps et le sang du Christ, de la messe célébrée sur cet autel.

Avec François d’Assise,  émerveillons-nous que dans ce sacrement de l’Eucharistie se réalise jour après jour la venue du Christ dans l’humilité et la pauvreté.

 

Voir toutes les méditations

 

Copyright Musique :

Sainte Mère de Dieu
Compositeur : André Gouzes, Abbaye de Sylvanès
Album Saint François et Sainte Claire - Lumières d'Assise
Interprète : ensemble vocal Capella Sylvanensis

 



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise