logo facebook


Mercredi Saint : Voyez, frères, l’humilité de Dieu

La dernière Cène

"En chemin pour se convertir à la fraternité et à la joie du Christ avec Saint François d’Assise"

Retraite de carême avec Mgr Denis Jachiet


Le dernier soir, Jésus se mit à table avec les apôtres. Pendant le repas, Il prit du pain, après avoir rendu grâce, Il le rompit et le leur donna en disant : « Ceci est mon corps donné pour vous, faites cela en mémoire de moi. »

Il ne suffit pas de nous  souvenir des paroles de Jésus, faisons profondément mémoire de son geste d’amour.

Le premier biographe de Saint François d’Assise,  nous rapporte : « La ferveur pour le sacrement du corps du Seigneur était en François très profonde. Il n’en finissait pas de s’émerveiller à la pensée d’une condescendance si aimante, d’un amour si condescendant. »

Saint François est émerveillé par le mouvement d’abaissement de Dieu dans l’Incarnation. Il dit à ses frères : « Voici, chaque jour Il s’humilie. Comme lorsque des trônes royaux il vint dans le ventre de la Vierge, chaque jour Il vient lui-même à nous sous une humble apparence, chaque jour Il descend du sein du Père sur l’autel dans les mains du prêtre. »

Saint François demande à ses frères de participer quotidiennement à l’Eucharistie. Il leur dit : «  Dans ce monde, je ne vois rien corporellement du très haut Fils de Dieu, sinon son très saint corps et son très saint sang que les prêtres reçoivent et qu’eux seuls administrent aux autres. »

Pour François, Dieu n’a pas hésité à assumer notre humanité pour offir aux hommes la possibilité de s’unir à son corps souffrant et humilié. Voilà pourquoi les frères dans l’Eucharistie établissent le lien entre leur vie quotidienne et la charité qu’ils doivent rechercher.

Thomas de Celano nous rapporte que lorsque François communiait, « il y apportait tout le respect dû à ce sublime sacrement, qu’il faisait le sacrifice de tout lui-même et en recevant l’agneau immolé, il immolait aussi son esprit, utilisant pour cet holocauste le feu qui brûlait continuellement sur l’autel de son cœur. »

Saint François était un être de feu. Qu’il nous enflamme d’amour devant le mystère du Corps du Seigneur.

Avec Lui, contemplons l’abaissement du Fils de Dieu dans l’Eucharistie.

« O humilité sublime, ô humble sublimité, que le Seigneur de l’univers, Dieu et Fils de Dieu, s’humilie au point de se cacher pour notre salut sous une modique forme de pain. Voyez, frères, l’humilité de Dieu. »

 

Voir toutes les méditations

 

Copyright Musique :

Aimons le Seigneur
Compositeur : André Gouzes, Abbaye de Sylvanès
Album Saint François et Sainte Claire - Lumières d'Assise
Interprète : ensemble vocal Capella Sylvanensis

 



Pour soutenir
ou mieux connaître
l’Œuvre des Vocations :


Abonnez-vous à nos newsletters
ou au magazine Vocations
Suivez nos retraites en ligne
Faites un don
à l’Œuvre des Vocations

Merci pour votre attention et votre prière pour les vocations au cœur de l’Eglise